PLAIDOYER : MODE D’EMPLOI
Notions, Méthodes, Expériences
Dépôt légal :!2019MO3242"
ISBN :!978-9920-645-00-3"
© AMANE - 2019"
03, rue Larache, 10 010 - Hassan - Rabat - Maroc"
www.amanemena.org"
Les idées et opinions exprimées dans ce guide sont celles d’AMANE et n’engagent pas ses!partenaires.
Introduction
3
Sommaire
4
Introduction
3
Adopter un positionnement
33
Jeunes, défendez vos droits! !
49
Sommaire
4
Exemple! : la lutte contre la traite
34
Comprenez vos droits
Comprendre
5
3 Mettre en place un cadre d'action
Le plaidoyer qu’est-ce que c’est ?
50
Une définition du Plaidoyer
6
Quels sont les résultats attendus et
Pourquoi je dois intervenir! ?
52
Un exemple de plaidoyer
7
comment les réaliser ?
35
Le plaidoyer, comment je peux faire ?
52
Les mots du plaidoyer
9
Définir les activités
36
Comment le Maroc reconnaît-il
La protection de l’enfance au Maroc
11
Identifier des indicateurs d'activité et
le droits des enfants! ?
53
Méthodologie en 4 étapes
17
d'impact
37
Les mots du plaidoyer
55
4 étapes en 1 clin d'œil
18
Définir le budget du plaidoyer
39
Passez à l’action !
1 Préparer le plaidoyer
Planifier sa communication
40
1. La préparation: quels droits revendiquer ?
58
Identifier l'enjeu de plaidoyer
19
Exemple de plan d’action : La lutte
2. La stratégie!: comment revendiquer ses
Faire l'état des lieux de la situation
22
contre les violences sexuelles envers
droits ?
60
Analyser le contexte
23
les enfants
41
3. La planification : Quelles activités
Envisager les positionnements possibles
25
4 Réaliser notre plaidoyer
programmer!?
61
Expérience! : le cas des mineurs
Conduire les activités
42
4. Lexécution : avancer vers votre but
62
étrangers non accompagnés
26
Faire le suivi et l’évaluation des activités
44
5. Lévaluation : le but a-t-il été atteint! ?
64
2 Définir notre stratégie
Mesurer l’efficacité du plaidoyer
46
6. Le rôle de l'accompagnant adulte
65
Exprimer son but
27
Evaluer la situation après le plaidoyer
47
Annexes
67
Analyser les parties prenantes
28
Exemple : le plaidoyer de Save The
Références
68
Se réunir en coalition… ou non
30
Children au Mali
48
Guides de plaidoyer
69
Evaluer les ressources nécessaires
32
Eléments de contexte / Outils divers
70
34
5
C O M P R E N D R E
Théorie
6
Le plaidoyer est une démarche de long terme pour
le changement positif et durable de la réalité d’une problématique
sociale, à travers la promotion des droits des collectifs concernés,
et leur reconnaissance effective au sein des politiques et pratiques
publiques. Les activités impliquent les décideurs, l’opinion publique
et l’ensemble des parties prenantes et se traduit par
des changements de lois, de règles et de pratiques sociales.
Une définition du plaidoyer
Le plaidoyer
s’attaque aux sources
de la problématique
pour la contenir
ou l’éradiquer.
Le plaidoyer
rassemble différentes
activités organisées
dans le temps et
obéissant à une
méthodologie.
Le plaidoyer
valide et quantifie
la problématique
via le recueil
et l’analyse
de faits
probants.
Le
plaidoyer définit
la problématique
comme la négation,
l’atteinte ou la restriction
de droits légitimes
des personnes
affectées.
L’objectif
du plaidoyer est que
les droits revendiqués
soient reconnus par les
institutions et réalisés
dans la société.
Les décideurs
ont le pouvoir
de changer
les règles.
Lopinion
publique fait
pression sur les décideurs,
et crée un contexte
favorable au
changement.
Les acteurs
publics, privés
ou de la société civile,
liés à la problématique
se positionnent et
se constituent en alliance
de plaidoyer.
De nouvelles
règles de droit sont
adoptées. Les autorités
garantissent leur pleine
application.
Exemple
7
Combattre l’exploitation des «!petites bonnes!» au Maroc
Démarche de long terme
Le plaidoyer entamé en 2009 a abouti à l'adoption en 2016 de la loi 19.12, interdisant explicitement l'emploi d'enfants
domestiques. Cette loi est en vigueur depuis 2018 mais la mobilisation demeure pour dénoncer les insuffisances du
texte et réclamer une interdiction plus stricte ainsi que l'exercice réel des droits ainsi reconnus.
Changement positif et durable
Le plaidoyer s'est donné comme objectif l'éradication du phénomène ainsi que la réhabilitation des victimes de cette
exploitation. Il a formulé des demandes précises en terme de cadre juridique, mais aussi d'accompagnement social et
de sensibilisation de l'opinion.
Il intègre ces demandes dans le projet plus vaste d'une meilleure protection socio-économique de l'enfance.
Réalité d’une problématique
L'exploitation de petites filles et d'adolescentes (entre 6 et 18 ans) comme employées domestiques est une pratique
encore répandue au Maroc. Ce phénomène a des racines socio-économiques très fortes. La plupart des filles en milieu
rural ne sont pas scolarisées et sont perçues comme des fardeaux par leurs parents, eux-même privés d'éducation et
réduits à une extrême pauvreté. Une étude d’INSAF, à l’origine du plaidoyer, estimait en 2009 que 80.000 mineures
étaient concernées. Une estimation plus récente, issue du Haut Commissariat au Plan, avance le chiffre de 42.000 filles
mineures exerçant un métier dangereux au Maroc en 2016, incluant les «!petites bonnes!».
Promotion des droits
Les violations de droit subies par les fillettes sont nombreuses et évidentes.
Elles sont discriminées en tant que filles (les garçons échappent à ce type de travaux)
Elles sont privées de droits fondamentaux reconnus aux enfants! : droit à l'éducation, à l'affection de sa famille, etc.
Elles sont privées des droits reconnus aux travailleurs par le Code du travail au Maroc! : limite d'âge de 16 ans
minimum, salaire minimum garanti, temps de travail, repos hebdomadaire, protection sociale, etc.
Un EXEMPLE dE plaidoyer
Exemple
8
Reconnaissance effective
Le plaidoyer s'est appuyé sur des droits théoriques déjà en vigueur au Maroc, et nié aux «!petites bonnes!» (lire ci-dessus),
faute de textes spécifiques, de mécanismes de contrôle et d'accompagnement social. La loi 19.12 sur le travail domestique
adoptée en 2016 a en partie comblé le vide juridique, avec des exceptions encore trop nombreuses.
Décideurs
La campagne du collectif de plaidoyer a visé en premier lieu les instances politiques nationales! : gouvernement et
parlement.
Opinions publique
Le collectif a trouvé de nombreux relais dans les médias. Il est intervenu, à sa propre initiative, ou lorsque l'actualité mettait
en lumière le sort dramatique de «!petites bonnes!» martyrisées par leurs employeurs. Les nombreux reportages, les débats,
ainsi que le regard international porté sur cette pratique marocaine ont contribué à faire évoluer l'opinion publique et à
maintenir la pression sur les élus.
Parties prenantes
Trois associations marocaines se sont regroupées en coalition pour mener ce plaidoyer, rapidement rejointes par d'autres! :
leur collectif a atteint 26 membres. Il est associé à son action certaines institutions nationales : Conseil Economique Social et
Environnemental ou Haut Commissariat au Plan, ainsi que des instances internationales comme le Comité des Droits de
l’Enfant de l’ONU à Genève. Le collectif a mené un plaidoyer intense au niveau national et international.
Changements de loi, de
règles et de pratiques
sociales
Lentrée en vigueur de la loi 19.12 marque une étape sur importante et l’aboutissement d’une phase de plaidoyer. Mais les
insuffisances du texte, et le maintien d'une période transitoire donne aux associations impliquées de nouvelles raisons de se
mobiliser pour un autre plaidoyer.
Combattre l’exploitation des «!petites bonnes!» au Maroc (suite)
Vocabulaire
9
LES MOTS DU plaidoyer
Analyse de situation
Etat des lieux précis de la problématique, de
son incidence sur la société, et des causes
pouvant être éradiquées par un travail de
plaidoyer. Cette analyse oriente les choix de
plaidoyer."
But
Etat de la société si le changement réclamé
par le plaidoyer intervient. Le but peut être
composé de plusieurs objectifs. C'est à la
fois une hypothèse et une volonté, qui guide
tout le projet de plaidoyer."
Campagne de plaidoyer
Ensemble des activités de mobilisation
menées pour parvenir aux objectifs de
plaidoyer."
Cibles de plaidoyer
Personnes, institutions et groupes sociaux à
même de réaliser ou de favoriser le
changement, soit directement en tant que
décideurs, soit indirectement en tant que
personnes influentes."
CIDE - Convention internationale relative
aux Droits de l'Enfant
Adopté en 1989 à l'ONU, cet accord
international réunit les droits, les normes et
les mécanismes de suivi pour faire respecter
les droits des enfants."
Décideurs
Individus ou institutions en capacité légitime
de changer la règle, au niveau de l'Etat, d'un
territoire ou d'un secteur administratif. Ce
sont des acteurs directs du changement, à la
diérences des personnes influentes, dont le
rôle est indirect."
Débiteur d’obligation
Organisme ou particulier chargés de garantir
les droits, dans notre cas ceux des enfants,
en vertu du droit international et national et
des droits humains. C'est le cas de l'Etat,
des parents ou des tuteurs."
Détenteurs de droits
Individus ou groupe d’individus, dotés d'un
droit reconnu et pouvant revendiquer son
respect, sa protection et son application.
Dans notre cas, il s'agit d'enfants "
Discrimination
Inégalité de droits imposée à un individu ou
un groupe d'individus selon des critères
permanents ou non! : genre, état de santé,
re l i g i o n , o r i g i n e e t h n i q u e , e t c . L a
discrimination est une violation des Droits
Humains et des Droits des enfants."
Droits Humains
Droits fondamentaux et inaliénables
reconnus, sans aucune condition, à chaque
individu. Ils sont inscrits dans une
Convention internationale adoptée par les
Nations Unies en 1948."
Evaluation
Mesure de l'impact d'activités précises ou de
l'ensemble d'une campagne de plaidoyer, au
regard du but, des objectifs et résultats fixés
initialement."
Faits probants
Eléments objectifs (lois, règlements,
statistiques, témoignages répétés) qui
attestent de la réalité d'une problématique
sociale."
Indicateurs
Eléments objectifs de mesure de la
progression d'une campagne ou d'activités
particulières."
Intérêt supérieur de l'enfant
O b l i g a t i o n p o u r l e s E t a t s , l e u r s
administrations et les tribunaux de faire
passer l'intérêt des enfants avant ceux des
adultes, lorsqu'ils prennent une décision à
leur propos. Cet intérêt peut être exprimé par
l'enfant lui-même, s'il a la capaci de
discernement. S'il ne l'a pas encore, l'adulte
qui décide à sa place, doit agir dans le sens
de sa protection et de son bien-être."
Vocabulaire
10
Jeune
Dans notre guide, le terme «! jeune! » désigne
exclusivement des individus âgés de moins
de 18 ans. Ce n'est pas le cas dans le
langage courant, la jeunesse se prolonge
plusieurs années après la majorité. Le droit ne
définit pas de «!jeunes!» ou «!d'adolescents!»,
mais uniquement des «!enfants!», mot valable
de 0 à 18 ans. La défense des droits
protecteurs de l'enfant sont au cœur de ce
guide et nous ne parlons que d'individus de 0
à 18 ans, y compris lorsque nous parlons de
«! jeunes! ». L'utilisation de ce mot, comme
celui d'adolescent, permet simplement de
mieux impliquer des individus qui ne se
considèrent plus comme des enfants."
Lobbying
C o m m u n i c a t i o n d ' i n u e n c e v i s a n t
directement les décideurs lus, autorités
administratives, etc.)"
Parties prenantes
Ensemble des acteurs impliqués dans la
problématique sociale! : individus ou collectifs
subissant un préjudice, institutions publiques,
acteurs privés solidaires ou non, etc."
Plaidoyer axé sur les enfants
Tout plaidoyer portant sur une question
relative aux droits des enfants. A ce titre il est
important d'impliquer des enfants aux
diérents niveaux de son déroulement, de la
préparation à l'évaluation."
Plaidoyer dirigé par les enfants
Tout plaidoyer pris en charge directement par
des enfants qui en définissent le but et les
modalités. Les adultes peuvent intervenir en
appui pour leur permettre de réaliser leurs
objectifs."
Personnes influentes
Individus ou institutions pouvant jouer un rôle
positif dans le plaidoyer. Ces personnes ne
sont pas directement décideurs, mais vont
contribuer à rendre le changement possible."
Objectif
Partie du but. Un objectif décrit un segment
précis de la réalité, lorsque le changement
clamé par le plaidoyer sera intervenu.
L'objectif se diérencie du résultat, car il ne
dépend pas à 100% de nos eorts. Des
éléments exrieurs peuvent favoriser ou
empêcher le changement voulu."
CRP Programmation des droits de l’enfant
Approche inspirée des droits de l'Enfant et de
bonnes pratiques adaptées au travail
humanitaire et de développement impliquant
des enfants. C'est à la fois un cadre
d’analyse, de planification, de mise en œuvre,
de suivi et dévaluation destiné aux
intervenants adultes. Il prend en compte le
développement physique, psychosocial et
cognitif ; l'enseignement préscolaire, etc.). "
Recherche quantitative et/ou qualitative
Activité de collecte et d'analyse de faits
probants pour démontrer la réalité de la
problématique sociale et donner de la force
au plaidoyer. La recherche quantitative
bouche sur des recensements et des
statistiques, la recherche qualitative sur des
témoignages fiables et vérifiés."
Résultat
Attente liée à une activité de plaidoyer. C'est
un jalon qui marque la progression de notre
campagne. Un ou plusieurs résultats peuvent
correspondre à un objectif. Le résultat se
diérencie, de l'objectif car il dépend à 100%
de nos eorts."
Société civile
Regroupement des acteurs sociaux étrangers
au pouvoir et à son administration.Elle est
composée d'associations, d'Organisations
Non Gouvernementales, mais aussi de
citoyens agissant en leur nom propre ou dans
le cadre de fonctions particulières (avocats,
journalistes, médecins, etc.)"
Suivi
Recueil systématique des informations liées
a u x a c t i v i t é s . L e s u i v i p e r m e t d e
«! capitaliser! » la pratique du plaidoyer et de
fournir des indicateurs."
Contexte
11
la protection de l’enfance au Maroc
1. Tableau socio-économique
La population marocaine est composée à 27% de filles et de garçons
de moins de 15 ans, soit 9.410.000 enfants et adolescents selon les
dernières publications du Haut Commissariat au Plan (HCP). Ils
grandissent dans un pays marqué par de nombreuses fragilités
sociales et de fortes inégalités, malgré les progrès accomplis en
matière de lutte contre la pauvreté, notamment dans le cadre des
objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD)."
Plus de 6 Millions de Marocains, tous âges confondus, sont considérés
comme pauvres. 60% d'entre eux vivent en zone rurale. La réalité des
inégalités de conditions est relevée dans le Rapport 2017 de
l'Observatoire National du Développement. Le document reconnaît les
eorts réalisés au cours des 15 dernières années en terme de
généralisation de la scolarisation ou d'ouvertures d'accès à la santé,
via des dispositifs spécifiques tels que le RAMED. Mais il relève tout de
même une «! érosion de la cohésion sociale! » qui «! ne peut-être
indéfiniment masquée par l’élargissement de l’accès aux équipements
sociaux, la croissance de la consommation et la réduction de la
pauvreté absolue.!»"
Au cœur de cette logique inégalitaire! : l'éducation. «! Le Maroc figure
ainsi parmi les dix pays les inégalités d’éducation sont les plus
fortes, à l’instar de l’Afghanistan, de la Côte d’Ivoire, du Libéria ou
encore de Djibouti.!» (PNUD, RDH 2016)."
Une même nation voit coexister des enfants vivant selon des standards
proches des pays les plus développés, et d'autres encore soumis à
des privations sévères et à des pratiques archaïques telles que le
mariage précoce ou l'emploi domestique au service de familles plus
aisées."
L'enfance vulnérable reste une réalité au Maroc, que ce soit au sein
des familles pauvres, ou au dehors, lorsque les conditions d'existence
sont telles, que les enfants s'éloignent de façon précoce du cadre
familial."
2. Tableau normatif
Textes fondamentaux, politiques publiques et engagements
internationaux du Maroc achent depuis plusieurs décennies la ferme
volonté de s'engager sur la voie du respect des droits des Enfants.
(Lire les tableaux page suivante)"
Mais deux limites sont à prendre en compte! :"
Les lacunes dans les textes, lorsqu'il s'agit de discrimination de
genre, d'enfants migrants ou étrangers, et d'enfants sous kafala."
Un manque d'application des textes, au détriment des enfants! :
modalités de leur participation à des procédures judiciaires,
alternatives aux mesures de privation de liberté, recours
systématique au placement en institution au lieu d’alternatives de
type familial, absence de suivi après les décisions de placements
ou de kafala.
Contexte
12
Constitution de 2011
ART. 32
L’Etat œuvre à garantir par la loi, la protection de la famille sur les plans
juridique, social et économique, de manière à garantir son unité, sa
stabilité et sa préservation. Il assure une égale protection juridique et
une égale considération sociale et morale à tous les enfants,
abstraction faite de leur situation familiale.&
L’enseignement fondamental est un droit de l’enfant et une obligation
de la famille et de l’Etat. "
Il est créé un Conseil consultatif de la famille et de l’enfance.
ART. 34
Les pouvoirs publics élaborent et mettent en œuvre des politiques
destinées aux personnes et aux catégories à besoins spécifiques. A cet
eet, ils veillent notamment à :&
traiter et prévenir la vulnérabilité de certaines catégories de femmes et
de mères, des enfants et des personnes âgées,&
réhabiliter et intégrer dans la vie sociale et civile les handicapés
physiques sensorimoteurs et mentaux, et faciliter leur jouissance des
droits et libertés reconnus à tous.
Conventions internationales avec eets sur les droits de l'enfant
Déclaration universelle des Droits
de l’Homme de 1948
Constitution de 2011 : «!attachement du
Maroc aux droits de l’Homme
universellement reconnus!».
Pacte international relatif aux Droits
Civils et Politiques (PiDCP) (16 Déc.
1966)
Signature! : 19 janvier 1977."
Ratification : 03 Mai 1979.
Premier protocole facultatif au PiDCP
(16 Décembre 1966)
Non signé /ratifié par le Maroc
Pacte international relatif aux Droits
Economiques, Sociaux et Culturels
(PiDESC) 16 Déc. 1966)
Signature : 19 janvier 1977."
Ratification: 03 Mai 1979.
Conventions internationales avec eets sur les droits de l’enfant (suite)
Protocole facultatif au Pacte
international relatif aux Droits
Economiques, Sociaux et Culturels (10
Décembre 2008)
Non signé /ratifié par le Maroc
Convention Contre la Torture et autres
traitements cruels, inhumains et
dégradants (CAT) (10 Décembre 1984)
Signature : le 08 janvier 1986."
Ratification : le 21 Juin 1993
Protocole facultatif se rapportant à la
convention contre la torture et autres
peines ou traitements cruels, inhumains
ou dégradants
(18 Décembre 2002)
Approuvé pour ratification par le
Conseil du gouvernement du 26 Mai
2011
Déclaration du Millénaire
(8 Septembre 2000)
Signé par le Maroc.
Convention relative aux droits des
personnes handicapées (13 Déc. 2006)
Signature : 30 Mars 2007.
Ratification : 8 Avril 2009.
Protocole facultatif se rapportant à la
Convention relative aux droits des
personnes handicapées
(13 Déc. 2006)
Adhésion le 8 Avril 2009
Convention contre la criminalité
transnationale organisée
(15 Novembre 2000)
Ratification! : 19/09/2002 ."
Publication au B.O n° 5186 du 12/02/
2004.
Protocole additionnel à la Convention
contre la criminalité transnationale
organisée visant à prévenir, réprimer et
punir la traite des personnes, en
particulier des femmes et des enfants
Ratification : Mai 2009
EngagementS du Royaume en faveur de l’enfance
Contexte
13
Conventions internationales avec eets sur les droits de l'enfant
Convention internationale sur la
protection des droits de tous les
travailleurs migrants et des membres
de leur famille (18 Décembre 1990)
Signature: 15 Août 1991.
Ratification : 21 Juin 1993.
Convention internationale pour la
protection de toutes les personnes
contre les disparitions forcées
(20 Décembre 2006)
Signature: 6 Février 2007.&
Approuvé pour ratification par le
Conseil de gouvernement du 1er
Mars 2012.
Convention internationale sur
l’élimination de toutes les formes de
discrimination raciale (07 Mars 1970)
Signature : 18 Septembre 1967.
Ratification : 18 Décembre 1970.
Conventions internationale spécifiques aux droits de l’enfant
Convention internationale relative aux
droits de l’Enfant : CIDE (20 Novembre
1989)
Signature : 26 Janvier 1990.
Ratification : 21 Juin 1993.
Protocole facultatif à la CIDE, concernant
la vente d’enfants, la prostitution des
enfants et la pornographie mettant en
scène des enfants (25 Mai 2000)
Adhésion : 22 Mai 2002.
Publication au BO n° 5192 du 4
Mars 2004.
Protocole facultatif à la CIDE concernant
l’implication d’enfants dans les conflits
armés (25 Mai 2000)
Adhésion : 22 Mai 2002.
Publication au BO n° 5192 du 4
Mars 2004.
- Convention n° 182 sur les pires formes
de travail des enfants
- Convention n° 190 concernant
l’interdiction des pires formes de travail
des enfants et l’action immédiate en vue
de leur élimination (Organisation
internationale du travail)
Publication au BO n° 5164 du 27 ?
Novembre 2003."
Publication au BO du 4 Décembre
2003.
Conventions internationales spécifiques au droits de l’enfant (suite)
Convention internationale concernant
la compétence, la loi applicable, la
reconnaissance, l’exécution et la
coopération en matière de
responsabilité parentale et de mesures
de protection des enfants
Publication au BO n° 5108 du 15
mai 2003
Protocole facultatif à la CIDE établissant
une procédure de présentation de
communications (19 Décembre 2011)
Signature le 28 février 2012
Convention du Conseil de l’Europe sur la
protection des enfants contre
l’exploitation des abus sexuels dite
«Convention de Lanzarote»
(25 Octobre 2014)
Signé par le Maroc
Contexte
14
3. Défis prioritaires
Les dés présentés ci-dessous sont
d é v e l o p p é s d a n s u n r a p p o r t d e
l'Observatoire National des Droits de l'Enfant
et de l'Unicef! : Situation des enfants et
des femmes au Maroc Analyse selon
l'approche équité – 2014."
DROIT A LA SURVIE
Etat nutritionnel
Les retards de croissance concernent
encore 20% des enfants marocains des
zones rurale."
Dans ces régions, les nombreuses carences
nutritionnelles sont significatives entrainant
déficiences et pathologies."
Géographie sanitaire
48% des eectifs médicaux totaux et 60%
des médecins spécialistes sont concentrés
autour de Casablanca et Rabat, au détriment
des régions excentrées."
Financement des soins
Malgré la néralisation de l'Assurance
médicale obligatoire et la création en 2012
du RAMED, dispositif en faveur des
ménages plus démunis, 53% des frais de
santé restent à la charge des familles."
Cela concerne en particulier les examens et
analyses ainsi que les médicaments. Les
traitements pris en charge par l'Etat ne sont
pas toujours disponibles."
Saturation du système public de santé
Le RAMED a ouvert l'acs aux soins
publics à de nouveaux patients, sans que la
capacité des établissements ne soit
réévaluée, en fonction de cette demande. Un
partenariat avec le secteur privé pourrait
améliorer la situation."
In-équités face à la mortalité infantile et
néonatale
Un enfant dans une famille appartenant
aux 20% les plus pauvres, risque 2 fois plus
de mourir avant l’âge de cinq ans, qu'un
enfant issu des 20% les plus riches."
In-équités liées au genre
Les vio l enc es basé es sur le genre
représentent un problème de santé publique."
La persistance d'analphabétisme chez les
femmes du milieu rural nuit à un suivi
dical rigoureux de leur grossesse et
augmente les risques à l'accouchement."
Chez les adolescentes, les grossesses
constituent la principale cause de décès
entre 15 et 19 ans. "
L'avortement, illégal, et pratiqué en milieu
non médicalisé, est un facteur important de
mortalité infantile."
Manque de structures pour enfants à
besoins spécifiques
Porteurs de handicap, enfants exclus ou en
situations de rue nécessitent une prise en
charge particulière, qui peut dicilement être
satisfaite par des moyens habituels."
Défaillances face aux enfants migrants
Exclus du dispositifs RAMED, les enfants
migrants ont un accès très restreint à
quelques soins gratuits dispensés dans les
établissements de santé! : soins pré-natals,
néo-natals, et vaccination."
DROIT AU DEVELOPPEMENT
Eau / Assainissement/ Hygiène
76,5% des écoles rurales ne sont pas
raccordées au réseau d’eau et 73% sont
dépourvues de toilettes. La situation
sanitaire des enfants et le déroulement de
leur scolarité s’en trouve très perturbés. Les
familles hésitent à envoyer leurs filles en
classe dès quelles atteignent la pré-
adolescence."
Qualité de l'éducation
Les programmes sourent de manque des
matières d’éveil et d’épanouissement de
lenfant. Il en ressort une acquisition
d é f a i l l a n t e d e s c o n n a i s s a n c e s
fondamentales, comme en sciences de la vie
et de la terre, ou en mathématiques."
Introduction
15
Abandon scolaire
Le phénomène recule, mais concerne encore
chaque année plus de 100.000 enfants de
moins de 15 ans. Cela représente 18,5% des
eectifs en âge d'être au collège dans le
monde rural. Les enfants de 11 ans, sont les
plus vulnérables, au moment de la transition
primaire-collège, en particulier lorsque les
conditions socio-économiques de la famille
sont diciles. L'inégalité de genre est très
prononcée en défaveur des filles."
Accessibilité au préscolaire
La généralisation du préscolaire figure à
présent parmi les objectifs de l'Etat. Le
retard à combler est important. 36,5% des
enfants de 4 à 5 ans sont en dehors de toute
forme de scolarisation. Les autres sont
scolarisés dans des structures privées
( c r è c h e s , é c o l e s m a t e r n e l l e s ) o u
communautaires et traditionnelles (écoles
coraniques). "
Accessibilité au collège dans le rural
Plusieurs facteurs se conjuguent pour
compromettre la scolarisation au-delà de
l'école primaire dans les zones rurales : "
Dicultés de transport,"
Manque de place dans les internats,"
Violence au sein des établissements qui
découragent les élèves,"
Manque d'instruction et de ressources
économiques des parents."
Dans ces régions, seulement 33% des
garçons et 27,5% des filles, en âge d'être au
collège, poursuivent leur scolarité."
Inclusion des enfants à besoins
spécifiques
La formation des éducateurs et enseignants
est défaillante et contribue à expliquer que
les deux tiers des enfants à besoins
spécifiques grandissent sans connaître la
scolarisation."
DROIT A LA PROTECTION
L'inscription à l'état civil
Le taux d'enregistrement à l’état civil de
l’ordre de 94% au niveau national descend à
91,3% au niveau rural. Les progrès réalisés
sont importants, mais l'écart persiste."
Les enfants, nés de parents migrants, en
situation illégale, ne sont pas enregistrés car
leurs parents disposent rarement des
justificatifs pour les inscrire."
Travail des enfants, y compris comme
domestiques
Selon les dernières estimations 86.000
enfants marocains de 7 à 15 ans travaillent.
Il s'agit à 90% d'enfants des zones rurales,
issus de familles nombreuses. 30% d'entre
eux sont analphabètes et sans le moindre
niveau scolaire."
L'emploi de «! petites bonnes! », réservé aux
filles fait aujourd'hui l'objet d'une interdiction
par la loi, même si les associations
s'inquiètent du manque d'accompagnement
pour faire appliquer cette mesure, entrée en
vigueur en 2018. Le travail domestique
compromet l'éducation de ces enfants et
conduit à d’autres formes d’exploitation et
de maltraitance."
Mariages précoces
En 2013, le nombre de mariage des mineurs
représentait 11,47% du nombre total des
mariages conclus, malgré les restrictions
apportées par la Moudawana en 2004. Le
phénomène n'est pas seulement rural et
gagne les villes. Il constitue une violation des
droits de l'enfant et induit d'autres
conséquences néfastes sur la vie et la santé
des filles."
Violences, abus, exploitation, négligence
envers les enfants
Les procédures pour négligence, violences
de toutes sortes ou exploitation augmentent.
On en comptait 10.307 en 2012. Des
phénomènes nouveaux émergent, parmi
lesquels les violences sexuelles entre
mineurs, commis par des garçons à
l'encontre de filles."
On relève également des cas de violences
liées à l’exploitation des enfants dans la
drogue! : des enlèvements d'enfants ou
d'adolescents, commis par des mineurs de
moins de 18 ans."
Contexte
16
Justice juvénile non favorable à la
protection des enfants
Le nombre d'enfants en contact avec la loi
progresse, qu'ils soient victimes ou auteurs
des actes visés. Les modalités de traitement
de participation de ces justiciables mineurs
ne sont pas conformes aux standards
internationaux, en particulier en ce qui
concerne le droit d'être entendu et défendu
par un avocat spécialement formé. Le
gouvernement a entrepris en 2013 et 2014
un plan de renforcement de la protection des
victimes issues de catégories vulnérables,
dont les enfants."
Plac emen t des e nfan ts dan s les
institutions
Le placement en institution constitue une
restriction des principes et droits de l’enfant
tels que garantis par la CIDE. Ce texte
arme le droit de l’enfant à vivre et grandir
dans un environnement familial. Le
placement ne peut être qu'un dernier
recours."
On constate au Maroc une éclosion
d’institutions de placement d’enfants qui
accompagnent l'augmentation du nombre
de pensionnaires. En 2011, 5.027 mineurs
ont été accueillis dans les 20 Centres de
protection de l’enfance du Royaume."
Le renforcement des familles vulnérables
d'où proviennent ces enfants devrait être
privilégié."
Cas particulier des violences sexuelles
(Données issues de l'étude AMANE CNDH
– UNICEF – déc. 2014)"
Les violences sexuelles représentaient en
2012 près de 20% des 10.307 cas de
violences à l'encontre d'enfants poursuivis
par des tribunaux marocains. Le type de
violences sexuelles le plus important est
l’attentat à la pudeur avec violence et sans
violence, suivi du viol avec défloration et
sans défloration. L’exploitation sexuelle à
des ns lucratives ainsi que les cas
d’homosexualité sur mineurs viennent en
dernier lieu."
DROIT A LA PARTICIPATION
Faible mécanisme de participation
d’enfants au niveau des instances élues
L'existence au Maroc d'un Parlement des
e n f a n t s e t d e q u e l q u e s C o n s e i l s
Communaux pour les Enfants et les Jeunes,
ne sut pas à généraliser une pratique de la
participation aux aaires publiques et
maintient la jeunesse à l'écart des choix
collectifs."
Cela est plus nuancé dans les structures qui
leurs sont directement consacrées! : lycées,
centres de loisirs, des systèmes de
représentants ou de délégués peuvent être
mis en place."
Les jeunes marocains manifestent leur goût
pour la participation lorsque des espaces
leur sont laissés. Ils le manifestent par
exemple dans les «!clubs!» créés au sein des
établissements scolaires. Inégalités de genre
et socio-économiques se manifestent
également dans ces instances."
Faible participation des enfants et
adolescents aux médias
Jeune et ouverte, la société marocaine
adopte avec enthousiasme les possibilités
oertes par les nouveaux médias et les
ré se au x so ci au x . Ces t ec hn o lo gi es
n'eacent pas les disparités qui traversent le
Royaume, mais ouvrent parfois des brèches
inattendues. En milieu urbain, le réseau
donne aux jeunes des moyens d'expression
à faibles coûts alternatifs aux canaux
traditionnels. En zone rurale, la présence du
réseau internet est plus aléatoire et limite
ces capacités."
Cette ouverture s'accompagne de risques
nouveaux, qu'il est important de prendre
compte tel que l'exploitation sexuelle des
enfants en ligne (ESEL)."
Les médias traditionnels sont peu centrés
sur la parole des jeunes, et n'en font pas une
cible d'audience prioritaire! : 2h par jour en
moyenne."
Concernant le recueil de la parole des
enfants et adolescent, on constate une prise
de conscience générale des journalistes sur
le fait que l’enfant a des droits et que sa vie
privée doit être respectée. Mais moins de
40% d'entre eux prennent la peine de
réclamer une autorisation parentale avant
d'enregistrer ou filmer un enfant."
Méthodologie en 4 étapes
17
Méthodologie
18
Préparer
le plaidoyer
Définir notre
stratégie
Fixer
un cadre d’action
aliser
notre plaidoyer
Enjeu
Analyse
Hypo-
thèses
Coalition
Position-
nement
Res-
sources
Indicateurs
Plan
d’action
Plan de
communi-
cation
Finance-
ment
Activités
Suivi
Analyse
Nouveaux
enjeux ?
4 étapes en 1 clin dœil
19
1. Préparer le
plaidoyer
Identifier l’enjeu de plaidoyer
Quelles règles et pratiques aggravent les dicultés des enfants usagers de notre association! ? Peuvent-
elles changer et sous quelles conditions! ?
Le plaidoyer est, pour une association, un
mode d'action particulier, diérent de ses
activités habituelles, mais inscrit dans sa
thématique d'intervention! : déscolarisation,
violence, handicap, migration, etc."
Au quotidien, l'association accompagne et
soutient des enfants aectés par cette
problématique sociale. Elle agit en prenant en
compte l'histoire, le parcours et la demande
singulière de chacun de ses usagers, et
s'eorce de réparer des préjudices. Cela
revient à proposer autant de solutions que de
cas particuliers. La plupart des associations
se constituent autour de ce projet premier,
essentiel pour certains enfants, et très
important pour forger la réputation de la
structure dans son domaine."
U n au t r e n i v e a u d ' i n t e r v e n t i o n e s t
envisageable lorsque l'association tecte
que les diérents préjudices traités partagent
une origine commune, liée à une défaillance
de la règle ou de la pratique sociale. L'idée
émerge alors de rectifier les dysfonction-
nements à la source, en réclamant de changer
les règles! ! Le projet est forcément plus long
que d'obtenir le règlement d'un ou de
plusieurs cas particuliers, mais sa réussite est
porteuse d'un impact plus important, car il est
collectif."
Tout l'enjeu est donc d'identifier les règles et
les pratiques à l'origine de dicultés sociales
et susceptibles d'être modifiées. Une série de
questions peut guider notre réflexion! :"
Quelles sont les règles et pratiques
sociales à l'origine des dicultés de nos
usagers# ?
L'histoire propre à chaque personne peut être
interprétée comme une succession de faits
particuliers, de coïncidences, de malchances,
ou même de fautes, commises par un tiers ou
par lui-même, et qui le placent dans une
situation vulnérable."
Mais lorsqu'une association recueille les
histoires de dizaines ou de centaines
d'enfants chaque année, elle constate que
certains phénomènes se répètent, et que
certaines sou rances pourraient être
soulagées par d'autres logiques sociales."
Un handicap de naissance, dû a priori à la
seule nature, est plus ou moins bien vécu
selon les règles d'accessibilité d'une société! :
présence ou non de rampes d'accès devant
les bâtiments, devant les trottoirs! ; existence
de programmes ou politiques d’éducation
inclusive, etc. La Société est responsable, au
même titre que la Nature, des dicultés de la
personne atteinte par ce handicap."
Quelles sont les conséquences négatives
de la présence de telles règles et
pratiques# ? Comment leur existence nie la
compte jouissance des droits de la
catégorie objet de notre futur plaidoyer# ?
Sachons formuler de façon précise, la
mécanique par laquelle la logique sociale crée
de l'exclusion par le biais de la négation de
droits."
Pour reprendre l'exemple précédent! : le
manque de considération pour les enfants à
besoin spécifique, sur fond de manque de
moyens dédiés à l'éducation, produit des
écoles inadaptées à cette catégorie d'enfants.
L'espace, le matériel et les ressources
humaines laissent peu de chance à ces
enfants d'accéder à l'éducation. Cette
privation de droit les empêche de se réaliser
socialement, y compris dans des domaines,
leur handicap n'est pas un frein! : travail
intellectuel pour un handicapé moteur par
exemple. Adultes, ils porteront le stigmate de
cette injustice."
1. Préparer le
plaidoyer
Pourquoi ces règles sont elles posées et
ces pratiques installées# ?
Sans être parfaites, les sociétés humaines
obéissent à des logiques se mêlent de
nombreuses considérations religieuses,
culturelles, économiques, techniques... Les
règles sont garanties par les autorités
publiques, tandis que les pratiques se
perpétuent de façon spontanée, intégrées par
les individus comme étant «!naturelles!»."
Si mon association constate que des logiques
sociales créent ou aggravent les sourances
subies par certains enfants, pourquoi sont-
elles en place! ?"
Exemple! : Le recours à la violence dans
l'éducation renvoie à une époque l'enfant
n'était considéré ni comme un être de raison,
ni comme un sujet de droit. Aujourd'hui, la
pratique contrevient aux principes du Droit
Universel et aux conceptions modernes de
l'éducation, mais les mentalités tardent à
ad op t e r ce s no u ve au x st a nd ard s et
perpétuent l’usage de violences."
Qui est en situation de pouvoir changer les
règles# ?"
Pour qu'un changement intervienne, il faut
identifier le ou les décideurs en mesure de
modifier la réalité. Dans le cas des normes, il
s'agit d'autorités sectorielles, régionales ou
nationales (chefs d'établissements, délégués
d'administrations, hauts fonctionnaires ou
élus de la Nation.) Dans le cas des pratiques
qui n'obéissent pas une règle écrite, mais à
un usage, le décideur est plus dicile à
cerner. Il est possible alors d'inverser le
raisonnement et de se demander! : quelle
règle manque pour corriger la pratique ? Quel
décideur peut imposer cette nouvelle règle! ?"
Exemple! : Des négligences se répètent dans
le service pédiatrique d'un pital. Trois
hypothèses sont à considérer :"
Il s'agit de mauvais comportements d'un
ou de plusieurs agents isolés! ? Il n'y a
pas de plaidoyer à entreprendre, mais
davantage un signalement contre les
auteurs des faits."
C'est le résultat d'une mauvaise gestion
caractérisée de l'établissement concerné.
Un plaidoyer peut être entrepris au niveau
de la direction l'établissement."
C'est le résultat d'une gestion défaillante
des hôpitaux publics en néral. Un
plaidoyer doit être envisagé au niveau
national."
Quel type de relation puis-je établir avec
ces décideurs# ?
Reconnues par la loi, et actives dans leur
domaine, les associations ont toute légitimité
pour interroger les règles et réclamer un
changement, mais elles ne sont pas des
instances de pouvoir. Les relations qu'elles
entretiennent avec les décideurs varient selon
les thématiques et les sujets du plaidoyer. Les
autorités manifestent rarement de l'hostilité
envers les porteurs de handicaps, mais des
usagers, consommateurs de drogue ou
migrants sans-papiers sont aussi considérés
comme des délinquants."
Entretenir des relations, me avec des
points de vue opposés, est une condition
indispensable à la conduite d'un plaidoyer."
Des collectifs autres que celui de nos
us a ge rs po ur ra i en t -i ls ég al eme nt
bénécier d'un changement de cette
norme# ?
Focalisés sur notre cause et nos usagers,
nous envisageons d'abord le plaidoyer en
fonction de leur situation particulière. Mais
une démarche a d'autant plus de chance de
réussir qu'elle concerne un plus grand
nombre d'individus. Il est donc utile de penser
aux autres collectifs qui gagneraient à voir le
changement s'opérer. L'existence d'autres
collectifs permet d'envisager des coalitions à
inclure dans le plan de plaidoyer."
Il ne faut pas confondre plaidoyer
et sensibilisation. Le plaidoyer est
destiné aux décideurs pour obtenir
un changement de règle, alors que
la sensibilisation s'adresse à l'opinion en
général, dans un but d'information,
d'évolution progressive des mentalités. Des
actions de sensibilisation peuvent intégrer
un programme plus vaste de plaidoyer,
dans le but d'amener l'opinion à faire
pression sur les décideurs.
20
21
1. Préparer le
plaidoyer
Exemple d’arbre à solutions extrait de Question(s) de plaidoyer : Aider les enfants à changer leur
monde Un guide de Save the Children International sur le plaidoyer. (2007)
!L’arbre à solutions!», une
activité de groupe pour
organiser la réflexion."
Diérents intervenants se
réunissent lors d’un atelier pour débattre
de la problématique. Elle est représentée
au centre d’un schéma. Les causes
expliquant le phénomènes, sont inscrites
en dessous. Les causes des causes
peuvent aussi être représentées sur
plusieurs niveaux, jusqu’aux racines du
dysfonctionnement. Les eets du
phénomène sont représentés au dessus,
sur plusieurs niveaux également."
Lorsque l’arbre semble complet, on
inverse les formulations pour envisager la
solution, les causes qui la rendront
possible et les conséquences bénéfiques
à attendre de sa mise en œuvre.
1. Préparer le
plaidoyer
22
Les hypothèses issues du travail de terrain ont
p e r m i s d e r é p o n d r e a u x q u e s t i o n s
préliminaires, mais elles ne susent pas,
seules, à susciter la mobilisation. Il est
nécessaire de les vérifier, par un examen
méthodique de la situation. Cela passe par une
ou plusieurs recherches, menées en interne, ou
via des experts, pour établir ce que l'on appelle
des faits probants."
Ces recherches visent à démontrer un lien entre
les normes sociales injustes d'une part, et les
conditions de vie des enfants qui les subissent,
d'autre part."
L'analyse quantitative s'eorce de mesurer le
nom bre d'i nd iv idu s con ce r né s par l a
problématique, et peut révéler certains liens de
causalité. Par exemple : Nombre d'enfants
ayant subi des violences à l'école, parmi un
groupe de «!décrocheurs scolaires!»."
faire l’état des lieux DE LA SITUATION
Comment transformer les constats issus de notre travail de terrain en faits probants ?
Au sein de l'association
En dehors de l'association
Récits d’enfants usagers et/ou de leurs parents
Récits d'usagers d'autres associations (y compris dans
d'autres villes du Maroc, ou à l'étranger par exemple).
Indicateurs d’activité
Récits d'individus concernés par la problématique, mais
à l'écart de toute association
Résultat d'études internes sur les usagers"
Statistiques d’organismes publics! : HCP, ministère, etc.
Résultats d'enquêtes et d'études existantes
Exemples d’informations pouvant alimenter les faits probants
Le recueil de faits probants doit
commencer dès le début de la
démarche de plaidoyer, même à
petite échelle, pour valider ses
hypothèses. Il se poursuivra tout au long
du processus! : déroulement des
campagnes et évaluation.
Rigoureuse et de haute qualité,"
Pertinente par rapport au public,"
Opportune,"
Mettant en question les hypothèses en
cours,"
Orant une nouvelle perspective,"
Réalisée en interaction avec les décideurs,"
Révélant les conséquences de l’action,"
Partagée et validée par les principales
parties concernées,"
Exprimée de manière claire,"
Largement diusée.
Caractéristiques d’une recherche produisant des faits probants
L'analyse qualitative permet une approche
plus sensible des logiques sociales, à travers
des groupes de paroles et des témoignages.
Les résultats de ces analyses doivent
convaincre que l'impact du changement sera
important et positif."
Les résultats synthétiques de ces analyses
sont restitués, de façon régulière, sous forme
de rapport, de livres blancs, de recueils de
témoignages, de colloques, de campagnes de
sensibilisation, etc. Leur publication renforce
la crédibilité du plaidoyer. Elle permet aussi de
renforcer la notoriété de l'association et peut
l'ouvrir à de nouveaux publics."
23
1. Préparer le
plaidoyer
AnalyseR LE contexte
Elargir le cadre de l’analyse! : Sommes-nous en situation de mener un plaidoyer! ?"
Quels sont les enjeux du débat public et les grandes échéances juridiques ou politiques à venir ?
Convaincue de la justesse de sa cause, notre
association doit aussi s'interroger sur ses
capacités et sur l'agenda de son plaidoyer.
Nous nous apprêtons à sortir de notre rôle de
«!réparateur!» quotidien de désordres sociaux,
p o u r e n d o s s e r c el u i p lu s a mb i ti eu x
d'architecte d'équilibres nouveaux et durables.
Mais tout le monde n'a pas intérêt à nous
reconnaître ce rôle et l'aventure présente
certains risques."
L'examen de nos propres forces et faiblesses,
et une «! météo! » du climat social, sociétal,
politique et législatif nous permettront de
déterminer si le moment est réellement venu
d'abattre notre carte «!plaidoyer!»."
1. Auto-diagnostic de l'association
La démarche de plaidoyer est longue,
demande de l'expertise et des eorts.
Comment savoir si notre association est en
situation de répondre à ces exigences. "
Notre association est-elle légitime auprès
de son public cible# ?
Les intentions à l'origine de la création d'une
association, ne sont pas toujours couronnées
de succès. Certains démarrages sont diciles,
certaines aventures traversent des crises,
d'autres s'essouent et s'éteignent. La
légitimité d'une association repose avant tout
sur son ecacité auprès de son collectif cible.
Sa réputation est-elle établie! ? Bénéficie-t-elle
de la fidélité de ses usagers et de «! success
story!» confirmant sa réussite! ?"
Les instances associatives sont-elles
solides, unies et porteuses d'une vision# ?
L'engagement des individus est moteur dans
la vie des associations et se traduit par une
gouvernance particulière, via des instances de
décision à plusieurs niveaux! : présidence,
bureau exécutif, assembe générale. Ce
groupe doit exprimer une cohérence de
vision, disposer de susamment d'expérience
pour maîtriser son sujet et de susamment
d'élan pour porter un projet de plaidoyer qui
va durer plusieurs années. Il doit aussi avoir
une bo nn e i nte ra c ti on av e c l'é qui pe
opérationnelle."
L'équipe opérationnelle est-elle stable et
experte# ?
Parce qu'elle exprime le positionnement de
l'association, l'action de plaidoyer doit être
portée par des professionnels en parfaite
harmonie avec les valeurs et la vision de
l'association. Cela requiert un minimum
d'expérience au sein de la structure. Les
experts externes ou les professionnels qui
seront recrutés pour le plaidoyer ne seront
ecaces que s'ils sont bien intégrés à l'équipe
dans son ensemble."
Notre association a-t-elle montré sa
capacité de communication# ?
La communication est l'un des vecteurs
essentiels du plaidoyer! : communication
re s t re i n t e à l ' é g a rd d e s d é c i d e u r s ,
communication de plus grande envergure
envers l'opinion. Des procédures claires et
fluides de production et de diusions de
messages essentiels! : courriers, mailing,
communiqués, spots, interview à la radio/tv,
etc. doivent exister ou au moins être prévues,
en préalable à toute démarche."
Notre association est-elle au point dans le
suivi de ses activités# ?
Tenir des indicateurs et rendre compte avec
précision de ses activités est l'une de clés de
la confiance. Les procédures de suivi doivent
être généralisées et formalisées pour renforcer
la cdibili de l'action de terrain et la
légitimité du plaidoyer."
1. Préparer le
plaidoyer
24
2. «#Météo#» du climat social et sociétal
Quelle est la capacité de la société et des
décideurs à accepter une parole de proposition et/
ou de contestation de l'ordre établi. Il ne s'agit pas
encore d'examiner en détail la situation de chaque
partie prenante (cela viendra plus loin), mais
d'évaluer un climat général et de se lancer dans
des «!prévisions météo!» de son évolution."
Les décideurs concers sont-il, de manière
générale, de bonne volonté pour dialoguer! ? La
société est-elle apaisée ou sous tension, y
compris pour des raisons étrangères à notre
plaidoyer! ? Une échéance électorale va-t-elle
encourager les politiques à davantage de
conciliation! ? La problématique qui nous importe
fait-elle régulièrement la «! une! » de l'actualité
nationale ou internationale! ? La situation locale
trouve-t-elle un écho à l'international! ? Si oui,
quelles sont les réactions en interne! ? Repli
défensif, ou volonté de se transformer! ?"
3. Evaluation du contexte politique et du
cadre législatif
Une parfaite compréhension du cadre législatif et
du contexte politique dans lequel nous agissons
est indispensable à la conduite de l'action. Cela
permet de savoir, en particulier, si l'on combat de
mauvais comportements, des règlements de
faibles poids, ou des lois. Concernant l'enfance au
Maroc, des éléments d'informations vous sont
fournis dans ce guide."
Réfléchir sérieusement à ces éléments de contexte
permet d'anticiper les dicultés éventuelles qu'il
faudra surmonter pour faire entendre sa voix. Ces
dicultés existent toujours, sinon il n'y aurait
même pas besoin de plaidoyer! ! Mais si elles
apparaissent impossibles à surmonter, mieux vaut
éviter de se lancer dans une bataille perdue
d'avance."
25
1. Préparer le
plaidoyer
Envisager les positionnements possibles
Négociation, dénonciation ou rupture! ? Revendication générale ou spécifique! ? Il existe plusieurs façons de
concevoir et de réclamer le changement.
Plaidoyer de compromis, de
dénonciation ou de rupture
Face à des décideurs conciliants, il
est toujours intéressant d'entrer dans
une logique de discussion étroite
pour faire avancer sa cause."
Lorsque des résistances appa-
raissent, il devient nécessaire de
passer par une dénonciation devant
l'opinion pour déclencher un débat
national ou international et assouplir
la position de nos interlocuteurs."
Dans les cas extrêmes, lorsque la
mauvaise foi des autorités est
évidente, la logique de rupture
consiste à ignorer ou er les
instructions du pouvoir, avec le
risque d'en subir les conséquences."
L e s p l a i d o y e r s a u t o u r d e l a
protection de l'enfance jouissent
généralement d'un apriori favorable
de l'opinion publique. Les décideurs
en sont conscients et se montrent
souvent ouverts à l'échange. Mais
certaines thématiques sont plus
sensibles que d'autres! : la cause des
enfants ayant commis des délits, ou
usagers de drogues ne bénéficie pas
de la même bienveillance que celle
des enfants porteurs de handicap."
Plaidoyer général ou spécifique# ?
Les étapes précédentes ont fait
émerger la question des diérents
groupes à qui le changement sera
utile. Certains n'entrent pas dans la
cible de notre association, mais
peuvent être associés à notre
plaidoyer. "
L'existence de partenaires ouvre la
porte à une large alliance et donc à
davantage d'inuence. Mais le
message de plaidoyer est forcément
plus général, et la cause de nos
usagers se trouve diluée dans un
ensemble moins précis."
S'en tenir à un plaidoyer spécifique à
notre public présente l'avantage de
promouvoir les droits des enfants
a u p r è s d e s q u e l s o n a g i t a u
quotidien, et de valoriser la mission
particulière de notre association. Le
changement réclamé sera du «! sur-
m e s u re! » , m a i s i l f a u d r a s e
débrouiller seuls pour faire avancer
nos revendications.
Exemple de positionnements possibles
Des enfants sont victimes de maltraitance dans une institution d'Etat,
sachant qu'ils sont placés dans cette institution après avoir commis des
délits. Au moins six positionnements de plaidoyers sont envisageables.
SPÉCIFIQUE
GÉNÉRAL
Une seule association
mène son plaidoyer
auprès du directeur
du centre.
Un large collectif
d’associations mène un
plaidoyer national contre la
violence éducative
ordinaire, dans les familles,
les établissements
scolaires, et les
institutions.
Une seule association
exige des sanctions
contre le personnel et
menace le directeur
d’un scandale.
Un large collectif
d’associations dénonce
les violence dans
l’Education devant le
Comité des Droits de
l’Enfant (ONU) et les
ONG de défenses des
Droits Humains.
Un collectif restreint
d’associations mène
un plaidoyer auprès
des Ministères et des
UPE pour les droits des
enfants en institutions.
COMPROMIS : Les autorités sont ouvertes mais n’agissent pas.
RUPTURE :Les autorités achent leur fermeté et soulignent que ces
enfants sont des délinquants
un collectif restreint
d’associations dénonce la
violence dans les
institutions, auprès de
l’opinion nationale et
internationale
1. Préparer le
plaidoyer
26
EXPéRIENCE : Le cas des Mineurs étrangers
non accompagnés
Enjeu et bénéficiaires du plaidoyer
La Plateforme Nationale Protection Migrants
(PNPM) réunit depuis 2009 une quinzaine
d'associations marocaines actives dans le
domaine des migrations et des droits humains.
Elle a constitué trois groupes de travail! :
juridique, santé et enfance."
Le groupe «! enfance! » a détecté que parmi les
enfants migrants présents au Maroc, ceux qui ne
bénéficiaient du soutien d'aucun parent, membre
de famille, ou tuteur ociel constituaient le
collectif le plus vulnérable, surtout face aux abus
et à l'exploitation. Ce sont les Mineurs étrangers
non accompagnés! : MENA."
Leur situation est bien souvent la conséquence
de drames (disparition des parents, risque vital
dans une situation de conflit, rupture avec la
famille, etc.) survenus dans leur pays d'origine ou
sur la route. Le traumatisme lié à ces drames est
encore très présent. Aucun adulte ne peut se
prévaloir d'une relation particulière pour les
protéger, les représenter ou les défendre."
Sur le plan du droit, le cadre juridique marocain
ne leur accorde aucune protection particulière et
tend plutôt à les ignorer. La loi 02-03 relative à
l’entrée et au séjour des étrangers au Royaume
du Maroc se concentre sur le cas de mineurs
accompagnés de leurs parents, ou d'étudiants
qui se déplacent dans un contexte organisé."
Cette situation contrevient à l'article 32 de la
Convention internationale sur les Droits des
Enfants! : qui exige que tout Etat assure une
égale protection juridique et une égale
consiration sociale et morale à tous les
enfants, abstraction faite de leur situation
familiale!» (art.32)."
Un plaidoyer particulier peut donc être
développé au bénéfice de ce groupe des MENA,
pour obtenir des autorités que leur condition
d'enfant prime sur celle d'étranger au Royaume."
Etat des lieux
La collecte de faits probants a consisté à tenter
de mesurer l'importance du groupe, malgré les
dicultés liées à l'entrée illégale ces enfants sur
le territoire, à leur isolement particulier, aux
variations toujours possibles de la population
entre les arrivées et les départ. L'estimation
retenue est que les MENA représentent 10% de
la totalité des migrants présents."
Sur le plan qualitatif, leurs dicultés d'accès aux
soins, à l'éducation et aux services de base
garanti par l'Etat Marocain aux enfants sont
nombreuses et incontestable."
Contexte
La plateforme PNPM s’est constitué alors que
l'Etat marocain achait ses ambitions d'une
nouvelle politique migratoire entamée en 2014."
Autre échéance en vue, à ce moment-
:l’adoption du Plan National pour la mise en
œuvre de la Politique Intégrée pour la Protection
de l’Enfance au Maroc au niveau du Ministère de
la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du
Développement Social."
Les conditions oraient donc une solide
opportunité de plaidoyer pour faire valoir les
droits de ces enfants."
Amorce d'un positionnement
Le plaidoyer, toujours en cours actuellement, se
déploie autour des axes suivants! :"
le droit d'obtenir des documents d'identité"
le droit d'accéder à la santé"
le droit d'accéder à l'éducation et à la
formation"
le droit à une protection particulière face aux
procédures d'arrestation, de privation de
liberté et d'expulsion."
La plateforme s'est employée à inscrire ces
revendications particulières dans l'agenda des
autorités marocaines, à chaque fois que la
thématique de l'enfance ou celle de la migration
ont été abordées."
Pour se renseigner sur les membres de la PNPM
ainsi que sur le plaidoyer de la Plateforme,
consultez le site www.pnpm.ma.
2. Définir notre
stratégie
27
Cette nouvelle étape est celle où l'on
formalise son projet. Il se définit dans un
premier temps par son but et ses objectifs
spécifiques."
Le but apparaît assez naturellement, lorsque
l'étape précédente a été suivie. Elle a permis
d'écarter les fausses pistes (plaidoyers
impossibles) et de consolider l'intérêt à agir
(faits probants, et contexte favorable)."
Formuler un but de plaidoyer
Le but est une description claire et positive de
la situation que l'on veut atteindre. Grâce au
projet de plaidoyer! :"
les règles et les pratiques ont changé,"
les problématiques et les limites auxquelles
sont confrontés les enfants disparaissent ou
s’estompent."
Exemple du but de plaidoyer! :"
L'exploitation sexuelle des enfants dans le
cadre du tourisme, fait l'objet d'une loi
dissuasive, tant pour les abuseurs que pour
les intermédiaires et leurs complices. Les
professionnels de la justice appliquent cette
loi avec ecacité. Les faits découverts par des
tiers, sont spontanément signalés. Les enfants
survivants sont pris en charge en vue d'une
réhabilitation.
Ce but général peut ensuite se décomposer
en objectifs spéciques, qui détaillent
précisément les changements. Pour notre
exemple, les objectifs peuvent être les
suivants! :"
Améliorer le cadre législatif de protection
des survivants d’exploitation sexuelle,
Améliorer le système de détection,
protection et prise en charge des enfants
victimes d’exploitation sexuelle,
Sensibiliser les acteurs concernés et la
société autour de l’exploitation sexuelle
des enfants.
Les critères SMART permettent d'évaluer la
bonne formulation de ces objectifs."
SMART signifie! : Specific, Measurable,
Achievable, Results-oriented, Time-bound. En
Français cela peut se traduire ainsi! :"
Spécifique (Specific)! : L'objectif est précis et
concret."
Mesurable (Measurable)! : Des critères
objectifs vont permettre de mesurer la
réalisation de cet objectif avec une
progression dans le temps."
Réalisable (Achievable) : L'objectif est réaliste
dans le contexte donné."
Axé sur les résultats (Results-oriented)! :
L'objectif est pertinent au regard de
ressources disponibles."
Inscrit dans le temps (Time-bound)! :
L'objectif est assorti d'un délai de réalisation. "
Les diérents objectifs peuvent être classés
selon un principe de priorité. Mieux vaut
réaliser quelques objectifs prioritaires plutôt
que de les viser tous, sans en atteindre aucun.
En fonction des capacités réelles de
l'association, les objectifs non prioritaires
peuvent être reportés, pour un deuxième
temps de plaidoyer.
Exprimer son but
Dans quelle direction allons-nous! ? Quel est le changement précis que nous voulons voir se réaliser! ?
But et objectifs ne désignent
jamais les activités mais
uniquement les eets attendus,
les logiques sociales vertueuses
que l'on veut voir à l’œuvre.
Il faut toujours faire la diérence
entre objectifs et résultats.
Comment les diérencier ?"
Atteindre un objectif dépend en
partie de ma responsabilité mais aussi
d’éléments extérieurs."
Obtenir un résultat est de ma
responsabilité à 100%.
28
2. Définir notre
stratégie
analyser les parties prenantes
Qui a le pouvoir! ? Qui sont nos alliés! ? Qui sont nos opposants! ?
Il faut maintenant revenir aux diérents groupes
intéressés par la changement que l'on propose,
autrement dit les parties prenantes. Pour les
identifier, répondons aux question suivantes."
Qui va bénéficier du changement ?"
Qui risque de subir un préjudice ?"
Quels sont les autres groupes vulnérables qui
peuvent être concernés ?"
Qui voit ses droits reconnus! ?"
Qui se plaint de la problématique ?"
Qui sont les acteurs principaux et les acteurs
secondaires de la problématique ?"
Qui a le pouvoir de réaliser le changement ?"
Qui doit assumer ses obligations! ?"
Les réponses à ces questions font émerger
diérents collectifs ou catégories d’acteurs,
tous liés à la problématique, mais chacun de
façon diérente. Comprendre le rôle et les
intérêts de chaque catégorie aide à comprendre
l e p h é n o m è n e , l e s o p p o r t u n i t é s d e
changement, et les résistances qu'il faudra
surmonter."
La grille ci-contre doit être remplie avec autant
de colonnes qu’il existe de catégories. Elle peut
se remplir à partir d’éléments connus, ou à la
suite d’entretiens spécifiques auprès d’acteurs
que l’on identifie au fur et à mesure de la
réflexion.
Catégorie 1
Catégorie 2
Catégorie x
Nom du groupe, de l'institution et/ou de son
représentant
Intérêt vis à vis de la problématique (droits ou
obligations, avantages, préjudices, etc.)
Importance de cet intérêt! : majeur, secondaire ou
marginal
Niveau de soutien ou d’opposition au changement! : allié
de poids, allié moyen, neutre, opposant moyen,
opposant fort
Influence sur la problématique et sur le changement
(inexistante, faible, moyenne, forte, capitale)"
Niveau d'engagement (inexistant, faible, moyenne, forte,
capitale)
Première étape# : Analyse de chaque groupe cité
2. Définir notre
stratégie
29
Seconde étape# : Cartographie des parties
prenantes, sélection de celles qui deviendront
des cibles
La première étape d'analyse a porté sur un grand
nombre de collectifs. Un premier tri est déjà
possible pour écarter des catégories, portant un
intérêt marginal et sans inuence sur le
changement."
Les autres se placent dans la grille ci-contre,
constituée autour de deux axes! : le niveau
d'influence (élevé ou faible) et celui d'adhésion au
changement (allié ou opposant). On considère
comme partie prenante toute catégorie devant
s’associer au changement."
La présence d’un acteur dans la case en vert
f o n c é si g n i e qu e l e ch a n g e m e n t e s t
pratiquement obtenu! : un détenteur de pouvoir
soutient pleinement la cause. Il va agir. Mais cette
case est rarement remplie au début d'un
plaidoyer! ! "
Cette grille des parties prenantes n'est pas à
considérer comme un tableau figé, mais plutôt
comme un outil de suivi des mouvements des
parties prenantes. "
Les activités de plaidoyer visent à déplacer le plus
grand nombre d’acteurs vers les zones en vert sur
la grille : faire monter ses alliés et déplacer les
décideurs vers la gauche."
Le plaidoyer désignera comme cibles les acteurs
capables de se déplacer dans la grille pour faire
aboutir le changement."
POUVOIR /
INFLUENCE
ÉLEVÉE
INFLUENCE
FAIBLE
ALLIÉS
OPPOSANTS
Décideurs
neutres vis à
vis du
changement
Décideurs
hostiles au
changement
Alliés
d’influence
moyenne
Parties
prenantes
hostiles
d’influence
moyenne
Collectifs
vulnérables
bénéficiaires du
changement
EFFORT DE PLAIDOYER
Certaines des catégories sont
composés d'enfants et
d'adolescents. Leur
participation à la dynamique est
indispensable, même si a priori, leur
niveau d'influence semble faible. Ils
portent une partie de la légitimité de
notre action et alimentent la dimension
«!communautaire!» nécessaire pour
faire aboutir un changement.
Quelques règles de base aident à désigner les
bonnes cibles de plaidoyer : "
Faire un tri pour concentrer ses eorts sur les
cibles utiles, dans la partie supérieure du
tableau."
Ne pas se limiter aux alliés, considérer aussi
certains opposants."
Pensez aux cibles qui peuvent influencer
d'autres cibles! : eet boule de neige.
30
2. Définir notre
stratégie
L'union fait la force. En matière de plaidoyer,
elle conforte le projet de changement en
montrant que d'autres acteurs le soutiennent
et sont prêts à s'engager en sa faveur."
Les diérences d'expérience et de points de
vue enrichissent l'analyse de départ et
peuvent déboucher sur un projet plus précis et
plus complet. "
Grâce à la mutualisation des moyens, les
ressources disponibles pour mener le
plaidoyer augmentent généralement lorsque
plusieurs partenaires s'engagent dans un
même projet."
Du point de vue des décideurs, il est très
signicatif de voir diérentes entités se
regrouper autour de la problématique
commune."
Mais comme nous l'avons vu lors de la
première étape! : cette réunion des bonnes
volontés ne doit pas masquer ou déformer la
vision spécifique de notre association. Il est
important dtablir le juste lien avec les
«!alliés!» apparus lors de l'analyse des parties
prenantes."
Diérents niveaux de partenariats existent,
permettant de trouver des relations équilibrées
et bénéfiques : le réseau, l’alliance ou la
coalition (tableau ci-dessous)."
Ces trois grandes catégories ne fixent pas
dans le marbre les règles de fonctionnement
des diérents regroupements qui peuvent
s’opérer."
L’émergence, au cours de ces dernres
années, de «! plateformes! » n'est pas à
considérer comme une révolution, en terme de
mobilisations collectives. Certaines obéissent
à tous les critères des coalitions, d'autres sont
des hybrides entre coalition et alliance.
L’important est que tous les membres d'un
même collectif d'action partagent une vision
commune de ses règles."
Chacune de ces formes présente des
avantages, mais est aussi porteuse de
risques. A chacun de les évaluer et d'adopter
le cadre qui convient le mieux à la situation
(lire tableaux page suivante)
Le secret d'un partenariat réussi# :
Un but commun,"
Des valeurs partagées,"
Des règles de fonctionnement
posées dès le départ,"
Une communication basée sur la
confiance et la transparence.
Se réunir en coalition... ou non
Réseaux, alliances ou coalitions ? Quelle est la bonne formule pour notre plaidoyer ?
2. Définir notre
stratégie
31
Réseau
Allance
Coalition
Accord sur le but de plaidoyer
Accord sur le but et les modalités du plaidoyer
Echange d'informations sur la thématique
Echange d'informations sur la thématique et production collective d’informations et de faits
Autonomie des décisions
Mécanisme de coordination
Mécanisme de décision collective
Initiatives indépendantes
Actions conjointes ponctuelles
Actions conjointes régulières
Chacun conserve ses moyens propres
Mutualisation de ressources humaines et matérielles
Mutualisation de ressources humaines et matérielles +
Ressources spécifiques à la coalition
Autonomie vis à vis des parties prenantes
Plus grande visibilité aux yeux des parties prenantes"
Réseau
Alliance
Coalition
Manque de visibilité et
absence d'influence sur
les initiatives des autres
membres."
Faiblesse de la
cohérence dans les
messages comme dans
l'action.
Manque de leadership et
diculté à prendre des
décisions rapides."
Concurrence entre les
membres de l'alliance.
Mauvaise gouvernance et manque
de démocratie."
Concurrence entre la coalition et
ses propres membres."
Perte de visibilité de l'identité de
l'association."
Plaidoyer trop général pour faire
émerger une problématique
précise.
Inconvénients et/ou Risques selon les modes de partenariat
Les diérentes formes d’alliances
32
2. Définir notre
stratégie
évaluer les ressources nécessaires
Quels sont les moyens humains et
matériels à mobiliser pour conduire
notre plaidoyer! ?
Le budget est l'étape indispensable pour passer
de la réflexion à la réalisation du projet. Les
activis cessaires pour atteindre son but
réclament des moyens qu'il faut être capable de
quantifier. Voici, dans le tableau ci-contre, les
postes de dépenses inclus dans la plupart des
projets de plaidoyer"
A ce stade, il s'agit simplement de fixer un cadre
et de prendre conscience de ce que peut
représenter une démarche de plaidoyer. Les
lignes budgétaires seront précisées à l'étape
suivante, lors de la programmation des activités.
Disposer de ce cadre aide à inscrire ce projet
dans la mesure de nos moyens."
En face de ces postes de dépenses, on peut
inscrire les moyens de l’association :"
Fonds propres disponibles,"
Moyens disponibles à travers un projet de
plaidoyer soutenu par un bailleur de fonds,"
Moyens partagés via une alliance ou une
coalition,"
Moyens supplémentaires reçus de mécènes
privés. (Dans ce cas, il convient d'ajouter aux
dépenses une rubrique budgétaire! : collecte
de fonds.)
Renforcement de capacité
de l'association
Frais de formation"
Production de guides internes et externes
Etudes et recherches
Personnel"
Experts consultants"
Frais de recherches"
Publication d'études
Animation de réseaux et de
relations extérieures
Personnel"
Organisation de visites, de rencontres et de réunions de partage"
Mise en place d'outils de communication et de promotion du réseau
Animation d'activités
impliquant les jeunes
Personnel"
Animateurs externes"
Organisation d'activités spécifiques"
Réalisation de supports de communication «!jeunes!»
Communication envers les
décideurs#
Personnel"
Déplacement"
Organisation de journées thématiques, de visites, de réunion"
Edition de supports d'information
Communication envers
l'opinion
Personnel"
Consultants en communication"
Réalisation de tous supports de communication (écrits, audioviuels, en
ligne, etc.)"
Frais de diusions des supports via les diérents médias"
Organisation d'événements, de journées thématiques et de
conférences de presse
La collecte de fonds privés réclame de se renseigner sur les possibles mécènes, sur
leur politique de sponsoring, leurs valeurs et leur réputation. Des donateurs en
opposition notoire avec nos valeurs et avec le but du plaidoyer risquent de causer du
tort au projet de plaidoyer.
2. Définir notre
stratégie
33
Adopter un positionnement
Plan stratégique de plaidoyer
Tout choix stratégique d'une association
relève de ses instances dirigeantes, en
harmonie avec les équipes opérationnelles.
La stratégie de plaidoyer est d'autant plus
sensible, qu'elle comporte certains risques
en termes de crédibilité, de relation avec les
autorités, avec d'autres partenaires et
parfois même avec ses usagers."
Nous avons vu plus tôt qu'un même
changement pouvait être réclamé à travers
diérents positionnements selon le contexte.
Il s'agit maintenant d'en retenir un. Ce choix
stratégique s'impose naturellement au
regard de tous les éléments recueillis :
solidité des faits probants, contexte,
cartographie des parties prenantes,
ressources nécessaires et ressources a priori
disponibles, etc"
Ces éléments peuvent être compilés dans un
document de type Plan stratégique de
plaidoyer pour montrer le cheminement qui
conduit à adopter une revendication plutôt
qu'une autre, un mode de relation avec les
parties prenantes plutôt qu'un autre. Ce plan
stratégique n'entre pas dans le détail des
activités, en revanche il exprime clairement
le positionnement qui devra les guider! :
cibles prioritaires et principes d'action."
Si le plaidoyer est conduit de façon
autonome par l'association, le plan est de
son unique responsabilité. S'il s'agit d'un
projet en alliance ou en coalition, il se
conçoit en partage avec les diérents
partenaires. Cela réclame un fort consensus."
L'indispensable mobilisation des
enfants
Concernant la protection de l'enfance, une
dimension est incontournable! : celle qui
associe les usagers au plaidoyer les
concernant."
La participation des enfants permet
d’apporter des idées qui reflètent leur
réalité, mais aussi leur perception,"
Elle marque leur reconnaissance comme
des acteurs sociaux et des citoyens
actifs,"
Ils acquièrent de nouvelles compétences,
et renforcent leur confiance en eux,"
Ils obtiennent souvent un meilleur
engagement de la part des adultes."
Impliquer des enfants dans notre plaidoyer
réclame aussi de respecter l'éthique de ce
genre d'expérience! : les préserver de tout
risque et s'interdire de les manipuler à la
recherche de nos propres attentes."
Exemple de mobilisation d’enfants au
Maroc
L'association casablancaise Bayti a formé en
2012 un groupe de «! jeunes chercheurs! »
pour que les enfants eux-mêmes fassent
leurs recherches sur Internet et se mobilisent
sur leurs propres causes de plaidoyer. Un
guide spécial a été rédigé par Save The
Children pour les accompagner dans un
travail autonome de recherche.
Le groupe est toujours actif. Certains enfants
sont devenus adultes, mais d'autres
adolescents ont rejoint le réseau «! Jeunes
chercheurs! ». Cette expérience démontre la
c a p a c i t é d e s e n f a n t s à s ' e n g a g e r
directement dans une démarche sérieuse de
plaidoyer.
Choisir la bonne approche pour faire avancer la cause de façon ecace
34
2. Définir notre
stratégie
EXEMPLE : LA LUTTE CONTRE LA TRAITE
But de plaidoyer : La traite des enfants au Maroc ou des enfants marocains à l’étranger a disparu.
Objectif 1 : U n e l o i
dissuasive est adoptée avant
2021.
O b j e c t i f 2 : L e s
professionnels de la Justice
s o n t c o n s c i e n t s d e
l'importance de l'appliquer en
2021.
Ob j e ct i f 3 : L ' o p i n i o n!
publique ne tolère plus des
cas de traite chez les enfants,
en 2021.
Objectif 4 : Un dispositif de
prise en charge adapté est
mis en place, en 2021.
Résultat 1 : Participation et
mobilisation pour la mise en
place de la loi
R é s u l t a t 2 : L e s
professionnels concernés
sont sensibilisés à la future loi
et aux procédures de la traite
Ré su ltat 3 : L o p i n i o n
publique! est sensibilisée! à
t r a v e r s d e campagnes
massives! à l'importance de
signaler et d’intervenir.
Résultat 4 : Les mécanismes
de prise en charge sont
disponibles, accessibles et
spécifiques pour les cas de
traite.
Activités
Organisation de x rencontres
parlementaires, ministérielles,
tables rondes autour du sujet"
Présentation de propositions
d'amendement ou d'articles
de la loi aux parlementaires"
Organisation de x actions de
v i s i b i l i t é l e s x j o u r n é e s
spécifiques de l'année (actes
d e r u e , m é d i a , r é s e a u x
sociaux).
Activités
x séances informatives et x
séances de formation avec x
ministères"
Recueil de x témoignages et x
adhésions des professionnels
d a n s l e s t r i b u n a u x e t
départements. ministériels"
Distribution de x flyers à des
professionnels de la justice.
Activités
Campagne de communication
avec x spots radio, tv et réseaux
sociaux avec messages selon
cible (i.e. âge)"
X Pétitions en ligne"
X parrains (personnes influentes,
artistes) soutenant la campagne"
Téléphone ou lien online mise à
disposition pour informer ! le
citoyen et pour signalement"
X activités au sein des écoles et
des instituts.
Activités! :"
Mobilisation locale! : x
réunions avec les comités de
coordination des tribunaux et
du minisre publique pour
constituer comités locaux de
référencement des cas."
Mobilisation nationale! : x
réunions avec les ministères
concernés pour établir les
critères de prise en charge
pour garantir la protection
adéquate à toutes les victimes.
Ce qui dépend de moi à 100%
Ce qui ne dépend pas de moi à 100%
3. Mettre en place
un cadre d’action
35
Quels sont les résultats
attendus et comment les réaliser ?
Comment pouvons-nous suivre et mesurer la progression de notre plaidoyer! ?
Situation de départ
Résultats intermédiaires
Objectif spécifique
Nous sommes en 2019 et nous considérons
les avancées de la loi rarement prises en
compte lors des jugements."
Une vision conservatrice fonde les plaidoiries
des avocats et les décisions des magistrats."
Nos revendications sont parfois mal perçues
par les professionnels de la justice et
alimentent des malentendus."
Même si nous obtenons des lois plus
favorable les professionnels de droit risquent
de préférer s'en tenir aux textes plus anciens,
parce qu’ils les connaissent davantage."
Très élevée dans la grille d'analyse des parties
prenantes, (elle applique le droit) la cible
«!professionnels de justice!» est finalement
assez neutre, partagée entre quelques
individus favorables au changement et une
majorité conservatrice.
Des outils de compréhension de la loi et de son application sont
conçus et diusés auprès d'un public professionnel."
Des professionnels de la justice de toutes les régions assistent
aux Journées thématiques que nous organisons."
Notre équipe est en contact régulier avec des avocats
confrontés à la problématique et les sensibilise à la portée de la
nouvelle loi."
Notre équipe dispose d'un contact direct avec plusieurs
magistrats et entretient une relation de confiance avec eux."
Le ministère de la Justice est invité à un colloque autour de la
problématique."
Des magistrats expriment dans les médias l'importance qu'ils
attachent à cette loi nouvelle."
Des décisions de justice se réfèrent à l'application de cette loi.
Les professionnels de justice utilisent un guide
de procédure ecient, favorisant l’application
de la nouvelle loi."
La cible des «!professionnels de Justice!» se
retrouve dans la case vert foncé et réalisent
le changement.
L'action, comme la réflexion stratégique, se
construit d'abord par sa destination! : où veut-
on aller précisément! ? Lors de l'étape
précédente, nous sommes passés du but de
plaidoyer aux objectifs spéciques, en
«! découpant! » une vision large en plusieurs
éléments concrets. Continuons notre travail
de découpe! !"
Prenons un objectif spécifique et admettons
qu'il ne se réalisera pas en un instant, mais
progressivement, grâce aux activités que
nous allons mener, pour déplacer une cible en
direction de la case vert foncé de notre grille.
Les résultats intermédiaires sont des jalons
sur ce chemin."
Dans le tableau ci-dessous, on insère les
sultats entre la situation de départ et
l’objectif spécifique. A partir de cet exemple,
on peut retravailler chaque objectif spécifique
et envisager, pour chacun d'entre eux, des
résultats intermédiaires, témoignant que les
cibles de plaidoyer se déplacent dans la
bonne direction.
Certains résultats intermédiaires
feront l'objet d'indicateurs de
suivi, d'autres non. On peut
quand même les retenir comme
des outils de compréhension de la
logique du projet de plaidoyer.
L'essentiel est qu'ils correspondent bien
à un changement, même s'il n'est pas
mesurable.
36
3. Mettre en place
un cadre d’action
définir les activités
Que mettre en œuvre pour atteindre les objectifs et résultats intermédiaires! ?
Nous disposons à présent d'une vision claire
de nos objectifs spécifiques, ainsi que des
résultats intermédiaires à atteindre. Nous
devons encore indiquer avec quel véhicule
précis nous atteindrons notre destination! :
ce sont les activités."
Les activités d'une démarche de plaidoyer
peuvent se ranger en 5 grandes catégories! :"
le renforcement de capacités,"
l'expertise,"
la mobilisation publique et construction
de partenariats,"
le lobbying,"
la communication via les médias."
Elles composent une palette dont voici une
liste qui peut bien sûr être complétée.
Catégories
Activités les plus courantes
Renforcement
de capacités
Organisation de formations internes"
Organisation de formations ouvertes aux partenaires"
Production de guides méthodologiques
Expertise
Etudes sociologiques sur la problématique"
Etudes juridiques pour une approche droit de la problématique"
Etude comparative pour une vision internationale de la problématique"
Enquêtes et sondages d'opinion
Mobilisation
publique et
construction de
partenariats
Création de supports de communication en ligne et hors ligne! : dépliants, vidéos, pétitions,
journées d’actions…"
Développement de réseaux sociaux actifs"
Planification de campagnes de sensibilisation"
Mise en place de plateformes de partage d'informations"
Organisation de rencontres «!partenaires!»"
Mise en place de convention de partenariats (alliances ou coalitions)
Lobbying
Formulation d'un argumentaire juridique sur la base de l'expertise développée"
Rédaction de courriers et de documents spécifiques pour les parties prenantes"
Invitation à des rencontres et des visites auprès des parties concernées et les personnes
influentes."
Demandes de rendez-vous auprès des personnes influentes."
Demande d'engagement public en faveur du changement
Communication
via les médias
Formulation d'argumentaires grands publics destinés aux médias"
Recueil de témoignages et de contacts de témoins possible"
Rédaction de communiqués, production de vidéos"
Organisation d'événements spécifiquse (conférence de presse, visite de terrain, etc.)"
Planifications de campagnes payantes dans les médias."
Participation aux espaces de débats dans les médias.
A la diérence du plan
stratégique, le plan
d'action est en constante
adaptation selon les
opportunités de plaidoyer et
l'évaluation des activités déjà
entreprises. Il est important de le
mettre à jour régulièrement et d'en
justifier les modifications.
3. Mettre en place
un cadre d’action
37
Diérentes activités vont être
programmées pour atteindre les
objectifs et/ou résultats attendus
et for me r u n pla n d'a cti on
cohérent et fidèle aux intentions
de la stratégie. Ce plan doit être le
plus précis possible pour mobiliser
véritablement l’association."
Pour chacune des activité, on peut
envisager la grille ci-dessous.
Nous l’avons complétée, à titre
d’exemple, en utilisant l’un des
exemples proposés plus haut.
Activité
Organisation de rencontres «#partenaires#»
Objectif et/ou résultat
visés
De nouveaux partenaires s'engagent à nos côté en
faveur d'un changement de loi et mobilisent leurs
propres réseaux
Pourquoi ?
Pour élargir le cercle des alliés et approfondir les
relations."
+ Attirer l'attention des médias
A destination de qui# ?
Partenaires de coalitions + nouveaux alliés + cibles
neutres pouvant devenir alliées"
+ les médias
Comment ?
Réunir des représentants pour une demi journée
avec partage d'expérience, résultats d'études et
prises de parole."
+ Points presse
Quand ?
Une rencontre chaque 6 mois
Pour quel coût ?
Location d'1 espace + publication de supports"
+ Traiteur
Suivi par qui# ?
Equipe ou personne responsable en interne
Indicateurs de suivi
Nombre de réunions organisées"
Nombre de participants accueillis"
Qualité des participants accueillis"
Couverture par des médias.
Identifier les indicateurs
d'activités et d'impact
Comment mesurer la progression de notre démarche! ?
Les indicateurs nous servent à mesurer la progression de notre plaidoyer. Ils
en existe de deux sortes! :"
Les indicateurs d'activité permettent de confirmer que les eorts
déployés sont conformes aux engagements du plan d'action. Ce sont les
moyens que nous déployons."
Les indicateurs de résultat mesurent si l'impact est bien celui escompté,
autrement dit l’ecacité de l’eort."
Le croisement de ces deux types d'indicateurs est très utile. De gros eorts
avec peu d'impacts posent la question de l'ecacité et de la pertinence des
activités mises en œuvre. De la même manière, un impact plus rapide et plus
grand que ce qui est prévu, peut conduire à revoir son plan d'action pour
libérer des moyens et les consacrer à d'autres résultats plus diciles à
atteindre."
Une autre distinction sépare les indicateurs qualitatifs des indicateurs
quantitatifs. "
L'indicateur quantitatif comptera par exemple le nombre de responsables
d'une administration présents à une réunion d’information."
38
3. Mettre en place
un cadre d’action
Catégorie
Exemples d'indicateurs d'activité
Exemples d'indicateurs de résultats
Renforcement
de capacités
Nombre de collaborateurs formés au
plaidoyer"
Nombre de collaborateurs formés à la
prise de parole dans les médias"
Nombre de guides internes produits
Nombre de collaborateurs ayant
publiquement défendu le plaidoyer
(médias, conférences ou réseaux
sociaux).
Expertise
Nombre de fiches techniques produites
sur la thématique"
Nombre d’études réalisées en
collaboration avec un centre de recherche
Nombre d'invitations à participer à des
réunions d’échanges sur la
problématique"
Prise en compte des résultats des
études par les autres parties
prenantes.
Mobilisation publique
et construction
de partenariats
Existence d’une base de contacts
«soutiens» à jour"
Nombre d’événements publics réalisés"
Création d'une page Facebook dédiée au
plaidoyer.
Participation publique à des
événements organisés par des tiers."
Connexions et engagement sur la page
Facebook du plaidoyer."
Nombre de partenaires et pourcentage
parmi eux des nouveaux partenaires
Lobbying
Nombre de décideurs ayant reçu les
rapports et publications"
Nombre de décideurs sollicités (courriers de
lobbying, email, réseaux sociaux)"
Nombre de décideurs rencontrés pour un
entretien individuel ;
Débat ociel autour du changement
au Parlement ou dans une instance
locale (proposition de loi, initiative d'un
élu ou d'un chef d'administration etc.)"
Adoption du changement"
Mise en œuvre du changement"
Communication
via les médias
Nombre de communiqués de presse
envoyés aux médias"
Nombre de tribunes publiées par des
médias"
Montant du budget de communication
dédié au plaidoyer
Nombre de reprises et de citations
dans la presse"
Nombre d'invitations à des émissions
de débat sur la problématique
Lorsque nous choisissons un
indicateur quantitatif, nous devons
préciser la situation actuelle et la
situation escomptée par l'objectif
ou le résultat concerné. Ces marqueurs
sont indispensables pour dessiner une
progression.
Exemples d’indicateurs fréquents d’activités et de résultats
L'indicateur qualitatif privilégiera le rang
hiérarchique des fonctionnaires en question
pour faire aboutir un changement, un
Directeur régional n'a pas le même poids
que vingt agents d’exécutions."
Tous les indicateurs retenus pour un projet
doivent s'accompagner de source de
vérification. C'est essentiel pour attester la
réalité de la démarche. Cela renforce aussi
sa crédibilité, mais il ne sera pas possible
de tous compter et de tout mesurer."
La collecte des indicateurs ne doit pas
absorber trop de temps. Il est donc
recommandé de choisir des indicateurs
pertinents, en nombre susant, et facile à
«!sourcer!»."
Ce choix est très important car les
indicateurs ne peuvent pas être changés
sous peine de fausser le suivi du plaidoyer.
3. Mettre en place
un cadre d’action
39
Définir le budget du plaidoyer
Quels moyens consacrer à nos activités!?"
Le mécénat est-il une bonne source de financement!?
La dimension budgétaire est très importante pour véritablement mettre
en œuvre son plaidoyer. Le plan d'action a fait émerger une liste de
coûts, liés aux activités, et comme ces activités s'inscrivent dans une
planification au long cours, une vision budgétaire à moyen terme est
préférable. Elle seule, peut garantir la continuité des eorts."
Plusieurs scénarios de financement existent! : "
le financement propre,"
la mise en place dans le cadre d'un projet financé par un bailleur,"
la recherche de financements privés externes (mécènes)."
Ils ne sont pas incompatibles et peuvent se compléter."
Nous ne reviendrons pas sur les deux premiers modes de financement,
bien connu des associations."
Le financement par mécénat ou sponsoring mérite un éclairage
particulier. En eet la collecte de fonds (Fundraising) peut s’intégrer
parmi les activités de plaidoyer. Notre association cherche des
soutiens au sein de la société civile, participer au financement de ses
actions est une marque tangible de soutien."
Dans le cas l'on adopte ce mode de financement, il faut l'intégrer
dans la démarche de plaidoyer! :les donateurs deviennent alors l'un
des groupes cibles de plaidoyer, et leur contribution devient un objectif
spécifique, accompagné d'indicateurs et réclamant des activités
particulières! : création de formulaires de souscription, visite de
donateurs potentiels, organisation d'événements de soutien."
C'est une logique d'investissement! : on consacre une partie des
ressources disponibles (personnel, temps, argent) à créer davantage
de ressources, et donner plus de moyens encore aux autres volets du
plaidoyer. L'opportunité d'y avoir recours ou non dépend en partie de
la cause que l'on défend. Certaines thématiques sont plus populaires
que d'autres."
Comme nous l'avons déjà vu lors de l'étape précédente, le recours à
ce type de financement exige de veiller à ce que la réputation des
donateurs soit conforme aux valeurs du plaidoyer et de l’association.
40
3. Mettre en place
un cadre d’action
Planifier sa communication
Interne, en réseau, vers les parties prenantes ou les médias… la
communication est la clé de voute du plaidoyer
L' i mp o r ta n c e de l a co m m u n i ca t i on d e s
associations n'est plus à démontrer. Dans le cas
du plaidoyer, la communication est le vecteur
m ê m e d u c h a n g e m e n t . E l l e s ' i n s c r i t
impérativement dans une planification."
Vous lirez, dans le tableau ci-contre, une liste non
exhaustive des flux de communication suscités
par une démarche de plaidoyer."
Toutes ces dimensions vont interagir au cours du
projet et doivent être articulés avec méthode."
On ne s'improvise pas expert dans les médias,
tant que les faits probants n'ont pas été vérifiés.
On n'organise pas non plus de rendez-vous avec
une autorité avant de s'être concerté avec ses
partenaires d'alliance. Bref, il faut procéder par
ordre, et inclure le plan de communication dans la
démarche de plaidoyer."
Il faut s'adresser à chaque destinataire avec le
canal adapté. En voici quelques exemples :"
supports innovants et attractifs pour les
enfants,"
courrier formel pour les autorités,"
mailing pour des alliés nombreux mais peu
engagés,"
email ou appel pour des partenaires réguliers,"
Type de communication
Rôle dans le plaidoyer
Interne
Relaie les dicultés des usagers"
Fait émerger les enjeux de plaidoyer"
Permet de constituer les faits probants"
Permet de constituer les indicateurs et de faire le suivi"
Relaie l'impact ressenti par les usagers"
Transmets aux usagers les messages destinés aux parties prenantes.
En réseau
Qu'il s'agisse d'un simple
réseau, d'une alliance ou
d'une coalition
Partage les dicultés des usager"
Partage les événements et les positionnements de l'association"
Partage les acquis de l'expertise et du renforcement de capacité"
Partage les stratégies et/ou programmation d'actions communes
Vers les parties prenantes
Exprime la vision du changement (faits probants, expertise, positionnement, etc.)"
Conforte sa légitimité sur la problématique"
Gagne des alliés au sein de publics neutres"
Renforce les convergences avec les alliés"
Engage la parole des décideurs
Vers les médias
et l'opinion publique
Relaie les dicultés des usagers"
Défend la vision du changement"
Diuse les conclusions des expertises"
Conforte sa légitimité sur la problématique
rencontres et réunions pour les alliés
stratégiques."
La liste n'est pas close, mais souligne que chaque
action de communication doit être réfléchie et non
«!copiée-collée!» d'une cible à l'autre.
La communication interne doit
impérativement figurer dans la
stratégie de communication. Elle
est le ressort qui permet un
échange permanent entre le terrain
(les usagers) et les lieux de plaidoyers
(sphères de pouvoirs, espaces
médiatiques, forums, etc.) Cette exigence
est redoublée lorsque le plaidoyer est
mené en coalition ou dans le cadre d'une
alliance.
3. Mettre en place
un cadre d’action
41
Exemple de plan daction : La Lutte contre les
violences sexuelles à l'égard des enfants
Activité
Outil à développer
Cibles
Budget
Responsable
Période de
mise en œuvre
A1.1 Créer une base de données pour la récolte des
statistiques sur les VSE
Canevas de base de
données
HCP, MFSEDS, EN, MJS,
MHAI, Commissions
parlementaires, DGSN,
Médias, ONG (extrait
incomplet)
20.000 DH
AMANE
Sept. Déc. 2017
A1.2 Récolte des informations et données liées aux
VSE (statistiques, dépenses, problèmes associés, etc.)
Données récoltées
Chaque membre GT selon
son territoire
2017 - 2019
A.1.3 Rédiger des rapports de diagnostic pour plaider
sur la situation des VSE et des rapports alternatifs
thématiques"
Rapports de
diagnostics VSE
12.500 DH
Permanent pour le GT
2017 - 2019
A.1.4 Rédiger/ Actualiser l'étude sur la VSE
Rapport VSE actualisé
215.000 DH
AMANE + consultant
2019
A.1.5 Organiser une conférence pour présentation des
résultats préliminaires de l’étude.
Note conférence/
Rapport validé par les
acteurs ( avec
recommandations )
Les mêmes à l’exception
des Commissions
parlementaires.
51.000 DH
AMANE + consultant
2019
A.1.6 Diuser les rapports annuels l'étude
Outil de vulgarisation et
diusion
Chaque membre GT
2019
Le groupe de travail «Lutte contre les violences sexuelles à l’égard des enfants» réunit onze associations marocaines, adhérant
à une charte commune. Les associations AIDA et AMANE font partie des cofondateurs de cette coalition en novembre 2014."
Les éléments ci-dessous sont extraits de leur plan de plaidoyer 2017, qui contient plusieurs objectifs. Un seul est retenu ici pour
montrer sa traduction en une série d'activités inscrites dans un plan d'action. Les indicateurs de suivi ne sont pas fournis ici.
Seules quelques cibles sont reprises dans l'extrait "
Objectif 1 du plaidoyer# : Contribuer à l'amélioration, production et capitalisation des données sur les violences sexuelles à
l'encontre des enfants (VSE).
42
4.aliser notre
plaidoyer
conduire les activités
Appliquer notre plan d'action et reconsidérer l'ensemble de notre intervention
Une bonne nouvelle, pour commencer! : notre
travail de plaidoyer est déjà bien entamé! !
Toutes les réflexions et planifications détaillées
lors des étapes précédentes font pleinement
partie de la démarche. Ce qui est nouveau à
présent! : le cadre est posé et permet le
déroulement formel d'un plaidoyer dans sa
phase mature."
Une précision préalable
Dans la théorie, le suivi et l'évaluation, sont
considérées comme deux étapes séparées et
définies dans une démarche de plaidoyer.
Toutefois, dans la réalité des faits, il s'agit de
deux phases, surtout celle de l'évaluation, qui
ne sont pas respectées ou réalisées
systématiquement. C'est pour cela que dans
ce guide, nous considérons l’évaluation et le
suivi comme des composants à part entière
de l'activité de plaidoyer."
Les diérentes activités se regroupent dans
les cinq catégories déjà proposées! :"
Renforcement de capacités
Trois axes sont à considérer pour faire monter
le niveau de compétence des équipes et
bénévoles de l’association."
La compétence thématique! : Nous avons
toujours à apprendre, y compris dans notre
domaine d’intervention."
La compétence en méthodes et outils de
plaidoyer! : Ils sont nombreux et se
renouvellent en permanence."
La compétence en communication! : plus une
association est novice dans le plaidoyer, plus
l e s b e s o i n s d e r e n f o r c e m e n t e n
communication sont importants."
En interne, ce renforcement de capacités aura
un impact au-de me de l'équipe de
plaidoyer. Adopter l'approche «! droit! » est
souvent l'occasion de reconsidérer le travail
de terrain. On ne vient plus à l'aide d'un
collectif en diculté, on corrige une injustice
et on rappelle la société à ses devoirs."
Expertise
La construction de faits probants a été le
premier geste de construction d'une expertise.
D'autres résultats d'études et de recherches
viendront enrichir les plaidoyer et entretenir la
mobilisation."
Ces recherches se déroulent en interne ou
s'appuient sur des consultants et spécialistes.
Plus les experts sont galonnés (universitaires,
grands auteurs, etc.), plus les publications
gagnent en crédibilité et en notoriété."
Mobilisation publique et construction
de partenariats
Certains partenariats ont déjà été construits,
aboutissant aux alliances et coalitions qui
portent le plaidoyer formel. Mais l'eort se
poursuit. De nouveaux alliés peuvent émerger
au cours du parcours de plaidoyer et rejoindre
la mobilisation."
Le recours à l'opinion publique est un levier à
manier avec précaution, car il engage la
réputation de l'association. Les retombées se
veulent importantes et durables. Il faut qu'elles
soient positives. Si le but de plaidoyer est
immédiatement compréhensible du grand
public, il peut devenir le mot d'ordre d'une
campagne de sensibilisation. Mais ce n'est
pas toujours le cas! : certaines thématiques
heurtent les convictions communes et peuvent
Face à des décideurs institutionnels,
sachons respecter les formes
attendues! : courriers ociels,
mentions des titres et fonctions, pour
mieux faire passer un positionnement
audacieux. Heurter ses interlocuteurs par un
manque de protocole est contreproductif en
termes de plaidoyer comme de réputation.
4.aliser notre
plaidoyer
43
déboucher sur des polémiques contre-
productives. C'est le cas lorsqu'il est question
d'enfan t s e n situ ation admini strativ e
irrégulière, en contact avec la loi ou exposés à
de grandes stigmatisations. On peut dans ce
cas, se concentrer sur un ou plusieurs
objectifs consensuels et réserver les
revendications les plus audacieuses au travail
avec les parties prenantes."
Les messages retenus doivent être en parfaite
cohérence avec le cœur du plaidoyer, mais
formulées de façon moins technique et plus
sensible."
Nous reviendrons sur la mobilisation des
jeunes dans le cahier spécial qui leur est
consacré et qui se termine par un «! Guide de
l'accompagnant!»."
Lobbying
La recherche d'alliance nous a fait rencontrer
assez vite les parties prenantes les plus
proches de nos positions. Ce sont des
interactions qui présentent peu de risques,
puisqu'il y a partage d'un socle d'intérêts
commun."
Le travail avec les autres cibles de plaidoyer
réclame davantage de prudence! : comment
les aborder et quel message précis leur
adresser! ? L'objectif n'est pas d'exprimer nos
désaccords, mais de rapprocher nos
i n t e r l o c u t e u r s d e n o t r e v o l o n t é d e
changement. Par conservatisme, ils cherche-
ront sans doute à obtenir le même eet de
notre part! : nous convaincre que l'ordre
existant est somme toute conforme aux
intérêts de la société. Partie d'échecs ou
combat de Sumo... dans quelle discipline
serons-nous les plus forts! ?"
Communication via les médias
Les médias constituent un levier important de
notoriété et de légitimité pour une cause. Mais
leur intervention dans le plaidoyer ne doit
survenir qu'à un certain stade de maturité. En
particulier, le but de plaidoyer et les
argumentaires doivent être bien définis! :
messages rodés, vocabulaire choisi et fidèle
aux valeurs du plaidoyer (non stigmatisants,
porteurs de valeurs positives, etc.)"
Rien ne garantit jamais que les journalistes
eux-mêmes reprennent votre vocabulaire,
mais vous devez tenir vos propres éléments
de langage. Parfois, une explication de
terminologie est un bon moyen de faire
avancer sa cause. «! Je parle de mineur
étranger non accompagné (MENA) et pas de
migrant parce que … un enfant est toujours en
enfant et le fait d’être seul, isolé ou non
accompagné dans un pays que n’ai pas le
sien l’expose à des multiples risques et
demande une protection spécifique.» "
Un plaidoyer imprécis mentionné dans un seul
média peut se retrouver ensuite dans de
nombreux articles qui tiendront pour acquis
les erreurs de leurs confrères."
De bonnes «! relations presse! » s'appuient
généralement sur des «! kits! » contenant de
nombreux éléments pouvant être repris tels
quels par les supports! : récits, témoignages,
photos, vidéos, contacts d'usagers volontaires
ou d'alliés... Voilà de quoi faciliter le travail de
nombreux journalistes! !"
Les responsables de plaidoyer ne doivent pas
monopoliser la parole de l'association dans
les médias. Ils sont logiquement en première
ligne, mais d'autres intervenants peuvent
s'exprimer dans les médias. C'est pourquoi la
formation et la communication interne
occupent une place si importante dans la
démarche.
Des jeux de rôles pour tester son
argumentaire. Avant un entretien
important ou une intervention dans
les médias, il faut se préparer à
aronter un interlocuteur peu favorable à nos
positions. Une séance de jeu de rôles, permet
à deux membres de l'équipe d'endosser le
rôle du porteur de plaidoyer et du
contradicteur. L'un défend l'argumentaire de
l'association, l'autre la contredit et chacun
joue le plus honnêtement possible son rôle.
Les autres participants se tiennent en position
d'observateurs. L'activité de 20 à 30 minutes
peut être suivie d'un temps équivalent
d'analyse.
44
4.aliser notre
plaidoyer
Toute association qui a déjà conduit des
projets connait l'importance de la reddition
de comptes. C'est à la fois une obligation à
l'égard des bailleurs, mais aussi un exercice
d'auto-évaluation très utile pour corriger ses
dysfonctionnements internes."
Avec les bailleurs de fonds, un protocole de
rapports réguliers impose habituellement de
surveiller les indicateurs pour que le suivi soit
fluide tout au long du projet. Même si ce
n'est pas le cas, nous devons avoir
conscience que le suivi au fur et à mesure est
une condition de la qualité de plaidoyer, et
relève d'une «!hygiène associative!» de base."
Autre enjeu du protocole de suivi! : l’objecti-
vité. Les indicateurs ont été définis, mais leur
utilisation peut être biaisée si le collaborateur
qui les recueille a lui-même conduit les
activités et cherche à tout prix à valoriser son
travail. Un regard autre, au sein même de
l'association, s'impose."
Le cadre de suivi, comme le plan d'actions,
consiste à engager un certain nombre de
personnes dans des tâches régulières de
collecte de l'information générée par les
activités et de sa formalisation."
Si les eectifs le permettent, il est très
pertinent de séparer les fonctions de
responsable de l'activité et de responsable
du suivi. Les sources de vérifications peuvent
être sous la responsabilité d'un de ces deux
protagonistes, ou encore d'une troisième
personne."
La mise en place de ces rôles distincts n'a
pas pour but de créer de la surveillance en
inter ne, mais plutôt d'encourager la
transparence et d'anticiper l'étape ou un tiers
viendra à son tour contrôler les indicateurs.
Quelques principes de base s'imposent pour
qu'un tel processus se déroule dans les
meilleures conditions! :"
Le responsable de l'activité est conscient
que la production d'indicateurs fait partie
intégrante de sa mission et que seules les
activités accompagnées de sources de
vérification sont prises en compte."
Faire le suivi
et l’évaluation des activités
Le Journal de bord du plaidoyer est
un outil complémentaire aux
indicateurs. On y reporte au fur et à
mesure les éléments imprévus qui ont
un impact sur la démarche de plaidoyer! :
dicultés, ou au contraire bonnes surprises...
De nombreux éléments, en interne comme en
externe, vont déjouer les pronostics des plans
d'action. En garder une trace au fur et à mesure,
facilite l'analyse a posteriori et la reddition de
compte auprès des financeurs.
Indicateur
Fréquence
de suivi
Responsable de
l'activité
Responsable
du suivi
Responsable des
sources de
vérifications
Destinataire
prioritaire du suivi
De façon concrète, le cadre de suivi peut contenir les informations suivantes :
Rendre des comptes sincères et objectifs de nos actions
4.aliser notre
plaidoyer
45
La logique de sources de vérification
impose de formaliser les démarches
et de beaucoup rédiger. S'épuiser au
téléphone pour obtenir un rendez-vous
avec un responsable peut déboucher sur une
rencontre. Mais cela n'est pas garanti.
Accompagner ces nombreux coups de fils
d'un courrier augmente les chances que le
responsable se positionne. S'il ne le fait, le
courrier démontrera que nous avons essayé.
Le responsable du suivi est conscient que sa
tâche est d'aider le responsable de l'activité à
réunir les éléments demandés et non de le
sanctionner pour ses défaillances."
Le responsable des sources de vérifications est
conscient qu'il travaille pour faciliter le travail d'un
futur auditeur. Il n'est pas auditeur lui-même, et
doit aider l’équipe."
Le destinataire principal du suivi, responsable
de l'ensemble, doit veiller à ce que ces
interactions se déroulent dans un climat de
cooration et que la séparation des les
n'engendre pas de malentendus."
Les écarts constatés entre le projet de plaidoyer
et le déroulement des activités sont des sources
d'enseignements, pour «! rectifier le tir! », et
renforcer ce qui apparaît comme une faiblesse au
regard des hypothèses de départ.
46
4.aliser notre
plaidoyer
Trois témoins vont nous permettre de vérifier
dans quelle mesure nos eorts ont porté leurs
fruits! :"
Les indicateurs d'impact"
Les résultats intermédiaires"
La grille des parties prenantes"
Les indicateurs d'impact
Ils ont été définis au moment du plan d'action,
et reliés à des objectifs spécifiques. Ces
indicateurs présentent deux particularités! :"
Ils rendent compte de réalités sociales qui
réclament du temps pour se transformer."
L'information qui permet de les constituer ne
se trouve pas dans l'association mais à
l'extérieur. Elle est plus dicile à recueillir."
Dans ces conditions, il serait absurde
d'adopter une fréquence de suivi comparable
à celle des indicateurs d'activité. D'où la
nécessité d'adopter un rythme susant, pour
observer, en temps utile, la progression du
plaidoyer, sans épuiser l'association."
La meilleure solution consiste sans doute à
utiliser comme référence la durée accordée
aux objectifs spécifiques et à la fractionner de
la façon suivante! : "
Evaluation 1 à 25% de la durée prévue,"
Evaluation 2 à mi-parcours,"
Evaluation 3 à 75 % de la durée prévue,"
Evaluation finale"
C'est une suggestion raisonnable, qui donne à
l'association trois états intermédiaires avant la
date butoir. Mais on peut la moduler en
fonction de la durée prévue pour l'objectif, et
des moyens nécessaires à la mesure des
indicateurs."
Les résultats intermédiaires
Ils ont été conçus comme des jalons vers la
réalisation de l'objectif, et constituent des
«!petites victoires!» avant l'aboutissement de la
démarche de plaidoyer. Moins abstraits que
des indicateurs ils ont un impact eectif sur un
volet précis de la problématique."
La grille d'analyse des parties prenantes
Cette grille établie, dès la définition stratégique
n'est pas figée. Il est utile, lors de ces points
d'étapes, de la réviser pour voir quelles cibles
se sont déplacées. "
La combinaison de ces trois éléments donnent
une photographie des acquis du plaidoyer. Il
est intéressant de les comparer à la
progression des activités. Si les rythmes de
progression sont proches, c'est que les
activités sont adaptées aux objectifs fixés. Si
les activités sont ecues mais que la
situation reste figée, il faut mener une réflexion
sur leur pertinence. Faut-il se montrer encore
un peu patient, pour laisser évoluer les cibles
de plaidoyer! ? Ou est-il encore de temps de
revoir la nature et/ou le rythme des activités! ?
Mesurer l'efficacité du plaidoyer
Nos activités ont-elles produit les eets attendus! ?
Ne pas oublier la dimension
budgétaire. Le suivi technique doit
toujours être accompagné d'un suivi
budgétaire! : dépenses réalisées et
gains enregistrés, dans le cas où la collecte
de financement est incluse dans le plaidoyer.
Il faut se méfier des écarts pouvant se creuser
entre la réalisation technique du plaidoyer et
les dépenses engagées.
4.aliser notre
plaidoyer
47
évaluer la situation après le plaidoyer
Quelle orientation donner à une nouvelle étape! ?
Le suivi-évaluation a été présenté jusqu'à
présent comme une sorte de ping pong entre
les activités et leur mesure, pour une conduite
pertinente du plaidoyer. Les suivis sont des
occasions de réajustements perpétuels. Mais
ils ne remettent pas en cause la vision
stratégique, ni le but de plaidoyer, meilleure
façon à nos yeux d'améliorer la situation de
nos usagers."
Le questionnement de la vision stratégique
intervient en fin de cycle, non parce que l'on
va cesser toute démarche de plaidoyer, mais
parce que les activités ont toutes été
conduites et qu'il est temps d'envisager un
nouveau cycle."
Il faut considérer deux dimensions : "
l'avancement vers le but que nous nous
sommes fixés d'une part, "
la situation générale des bénéficiaires du
plaidoyer, de l’autre."
Chacune mérite un examen neutre, quantitatif
et qualitatif, conduit de préférence par un
consultant externe. Le recours à un évaluateur
extérieur est d'ailleurs la pratique exigée
couramment par les bailleurs de fonds."
On le comprend! : l'évaluation n'a pas
seulement pour objectif de sanctionner ou de
faire l'éloge de ce qui s'est passé."
Sa finalité est avant tout de préparer une
nouvelle étape. Les droits conquis sont
fragiles, leur exercice peut se trouver enfreint
par le poids de l'habitude et du préjugé. Et si
nous pensons avoir toute les garanties que la
partie est vraiment gagnée, quels sont les
nouveaux champs du droit à explorer, pour le
bien-être des enfants! ?
La situation des bénéficiaires s'est
améliorée.
La situation des bénéficiaires connaît
quelques améliorations, toujours
insusantes
La situation des bénéficiaires est inchangée.
Le but est atteint
pleinement ou
presque
totalement.
Félicitations! ! Cela n'arrive pas si souvent.
Dans ce cas, quelles autres dicultés
rencontrées par les bénéficiaires pourraient
être obtenues par voie de plaidoyer.
Avoir atteint son but est une satisfaction en soi. Le travail a été bien fait. Mais le but fixé au départ
n'était sans doute pas adapté à la situation. Il faut analyser à nouveau la problématique, questionner
les hypothèses et envisager un nouveau cycle de plaidoyer, vers un but plus précis.
Le but n'est pas
atteint, ou très
partiellement. Il
reste beaucoup à
faire.
Nous avons de la chance! : nos eorts
combinés à des facteurs externes ont
amélioré la situation de nos bénéficiaires.
Mais il faut rester vigilants, et faire respecter
les droits acquis.
Quels obstacles nous ont empêché
d'atteindre le but et les objectifs spécifiques
défaillants! ? Faut-il simplement prolonger et
intensifier les activités ou au contraire réviser
toute la stratégie! ? Une analyse fine
s'impose.
Le but est-il véritablement hors de portée! ? D'autres
objectifs spécifiques permettent-t-ils de l'atteindre
lors d'un second cycle de plaidoyer! ?
Le croisement des deux dimensions d’évaluation peut se représenter sous la forme du tableau ci-dessous :
48
4.aliser notre
plaidoyer
Le deuxième Examen Périodique Universel (EPU) du Mali s'est tenu en
2013, devant le Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU à Genève. Il
coïncidait avec une grave crise politique, militaire et humanitaire dans ce
pays. L'ONG Save The Children a saisi l'occasion pour exprimer ses
préoccupations sur les problèmes des enfants! : ceux qui étaient liés à la
crise mais aussi ceux qui existaient déjà avant! : santé, nutrition,
éducation. Voici, à titre d’exemple, les principales activités réalisées
dans ce cadre"
Actions Réalisées# :"
Rencontres avec des représentants de l'Etat malien sur place mais
aussi à Genève"
Rencontres avec des responsables des Agences de l'ONU
concernées! : Haut Commissariat au Droits de l'Homme, Bureau de
Coordination des Aaires Humanitaires, et Global Nutrition Cluster"
Présentation, lors de la session du Conseil des Droits de l'Homme de
2013, de messages clés sur la protection de l'enfance et la nutrition
au Mali."
Organisation d'un événement sur la nutrition dans les Etats fragiles
(dont le Mali)"
Déclarations publiques sur la thématiques"
Mobilisation d'acteurs maliens, en particulier la Coalition pour les
droits des enfants maliens (COMADE) pour donner suite aux
recommandations de l'EPU, en matière d'enfance. La COMADE a
lancé plusieurs initiatives en direction d'institution comme le Haut
Conseil des Collectivités (organe consultatif) et des médias
nationaux."
Résultats acquis
Les questions liées à la protection de l'enfance ont été à l'ordre du jour
lors de l'EPU, puis de la session du Conseil des droits de l'Homme qui a
suivi."
Le gouvernement malien a accepté plusieurs recommandations de
l'EPU, à propos de l'implication d'enfants dans les conflits armés, du
travail des enfants et de la traite des êtres humains. 83% des priorités
de Save The Children figurent parmi ses recommandations."
Le Conseil des Droits de l'Homme a créé une nouveau poste d'expert
indépendant pour le Mali. Son mandat d'un an inclut des enquêtes
spécifiques sur l'implication d'enfants dans le conflit et l'exploitation
sexuelle des enfants."
La visibilité de Save The Children au Mali a été renforcée par l'EPU."
Une alliance exclusive a été conclue entre l'ONG et un acteur local de
référence au sein de la société civile, la COMADE (Coalition pour les
droits des enfants maliens)."
Leçons apprises
L'approche combinant plaidoyer national et international a donné de
bons résultats."
Save The Children accompagne maintenant la COMADE pour
développer un plan triennal de plaidoyer, impliquant encore l'Etat malien
mais aussi des partenaires internationaux, ainsi que les médias."
Des enfants maliens seront davantage impliqués dans la démarche à
travers le Parlement National des Enfants, ainsi que des associatins."
Des contacts seront entretenus avec l'expert indépendant du Conseil
des Droits de l'Homme.
EXEMPLE : LE PLAIDOYER DE SAVE THE CHILDREN AU MALI
jeunes,
défendez vos droits !
CAHIER SPÉCIAL
Comprenez
vos droits
50
«! Plaidoyer! ». Ce mot désigne les actions pour les droits des
personnes victimes d'injustice. Dans notre cas, il s'agit d'enfants
ou de jeunes, et donc de vos droits."
Tous les enfants ont des droits! : le droit de vivre en sécurité, le
droit d'être soigné, d'aller à l'école, de profiter de bons moments
avec leur famille. Ces droits sont reconnus aujourd'hui par presque
tous les pays du monde. Ils ont signé un accord en 1989! : La
Convention Internationale des Droits de l'Enfant (CIDE). Aucune
raison ne justifie que l'on prive un enfant de ses droits! : ni son
genre (garçon ou fille) ni ses origines (parents mariés ou non,
nationalité des parents, couleur de peau...) ni sa religion. Tous
doivent être respectés en tant qu'enfant, sans aucune diérence
entre eux."
Le Maroc fait partie des Etats qui ont signé et ratifié la CIDE. Il
s'est donc engagé à respecter vos droits, en tant qu'enfant. Mais
les Etats ne tiennent pas toujours leur parole à 100%. Aujourd'hui
encore, des enfants sont victimes d'injustices et sont privés de
leurs droits. C'est peut-être votre cas aujourd'hui. C'est pour cela
que des associations existent, constituées souvent par des
adultes. Elles ont pour but de réparer ces injustices."
Par exemple! : Chaque enfant a droit à l'éducation. Mais certains
enfants ne vont pas à l'école ou abandonnent leurs étude trop tôt.
Ils n'ont pas appris assez de choses pour bien préparer leur avenir.
Des associations se sont constituées pour donner une seconde
chance à ces enfants. Nous verrons qu'il y a plusieurs moyens de
le faire."
Autre exemple : Chaque enfant a droit à la santé. Mais certains
enfants malades n’ont pas accès aux soins dont ils ont besoin.
encore, des associations ont été créées à la recherche de
solutions.
Au départ, les associations apportent des solutions rapides! mais
qui ne sont pas durables : apporter des fournitures scolaires, des
médicaments, ouvrir une classe ou un centre médical... C'est une
première réponse. Mais elle ne sut pas. Si l'Etat lui-même n'agit
pas, et si la société, dans son ensemble, ne se transforme pas,
l'injustice va continuer. C'est pourquoi les associations mènent
aussi des actions de plaidoyer."
Elles vont rencontrer des acteurs politiques et sociaux comme les
responsables de la commune ou du gouvernement, ou même des
institutions comme l’éducation ou la santé. Elles vont leur rappeler
leurs obligations! : créer des classes, des internats, des centres de
santé, mettre en place des transports... Elles vont rappeler aux
parents que tout enfant a droit d'aller à l’école. Ce droit n'est pas
seulement théorique. Il faut donner à chaque enfant, les moyens
de le faire vraiment."
Le plaidoyer, qu’est-ce que c'est#?
Comprenez
vos droits
51
Action quotidienne d'une association
Action de plaidoyer d'une association#
Action de plaidoyer des enfants
Réunir du matériel scolaire et ouvrir ses
locaux pour des activités de soutien
scolaire à des élèves en diculté.
Rencontrer les responsables de la
commune ou d'un établissement scolaire
et réclamer une salle et du matériel, en
permanence, des activités de soutien
scolaire, des transports.
Rencontrer le directeur de l’établissement
scolaire pour mettre en place un
règlement de vie pour les professeurs
afin de respecter les droits des enfants.
Action quotidienne d’une association et plaidoyer : quelle diérence ?
Le plaidoyer, c'est quand on réclame de mettre en place un changement qui permet aux enfants de jouir pleinement de leurs
droits. On agit alors sur les causes des dicultés au lieu de réparer leurs conséquences. C'est plus logique et plus ecace. Mais
c'est aussi plus dicile, car il faut convaincre de nombreuses personnes responsables, parfois au sein même de l'Etat, et
demander des changements importants! : nouveaux comportements ou nouvelles lois. On appelle ces demandes, des
revendications. Elles s'adressent à l'Etat et à ses administrations, mais aussi aux entreprises, aux associations, aux familles..."
Les associations de protection des enfants ont comme responsabilité de mettre en place des plans d’action dans le cadre du
plaidoyer qui visent :"
à une participation des enfants,"
au respect de l’intérêt supérieur de l’enfant,"
à la non discrimination."
Les enfants peuvent mettre en place des actions de plaidoyer sur des droits qui ne sont pas respectés, en se faisant aider, ou
non, par les associations.
Comprenez
vos droits
52
Certains droits, écrits dans des textes, et reconnus dans presque
tous les pays, sont quand même violés par des personnes, des
organisations et parfois des Etats. C'est une injustice. Mais il ne
sut pas de la dénoncer pour qu'elle s'arrête. Il existe des
méthodes pour convaincre les responsables d'agir. Ils peuvent
adopter des lois et faire aussi et pour faire changer les
comportements aussi au niveau de la société "
Vous pouvez aller vers les associations qui vous aideront, grâce à
leurs expériences à analyser vos demandes et à les organiser. Elles
vous aideront à formuler des messages clés concrets pour faire
passer vos inquiétudes. Elles vous orienteront vers les
responsables les plus concernés. Les associations connaissent le
fonctionnement du système de protection de l’enfance. Beaucoup
d’entre elles sont constitués en réseaux de travail. C'est une force
majeure afin de mobiliser l’ensemble de la société et des
institutions. Elles connaissent les bonnes méthodes et ont les
diérents instruments nécessaires pour obtenir ces résultats. Nous
allons l'expliquer, après quelques explications sur vos droits et sur
le vocabulaire du plaidoyer.
Le plaidoyer, comment je peux faire#?
Pourquoi je dois intervenir#?
Pourquoi laisseriez vous d'autres personnes parler en votre nom! ?
En tant qu'individus, vous êtes les mieux placés pour décrire les
injustices que vous pouvez subir! : comment elles se manifestent,
et quelles en sont les conséquences pour votre vie! ?"
Grâce à leur expérience et à leurs nombreuses connaissances, les
associations ont une bonne vision des dicultés et des solutions
que l'on peut proposer. Les adultes ont pris de l'avance pour
comprendre comment fonctionne une société, et ce que l'on peut
faire pour obtenir un changement. Lorsqu'ils forment une
association, ils disposent de moyens qui ne sont pas fournis
spontanément à des groupes de jeunes. Mais ces associations ont
aussi besoin de vous, comme vous pouvez avoir besoin d'elles."
Votre regard, vos récits, vos rêves et vos demandes vont les aider
à faire le meilleur plaidoyer. C'est pourquoi vous avez intérêt à
participer aux activités de plaidoyer. Les adultes qui vous le
proposent démontrent qu'ils vous font confiance pour comprendre
vos dicultés. Ensemble vous pourrez peut-être changer la
société.
Comprenez
vos droits
53
Comment le Maroc reconnaît-il
le droits des enfants#?
Plusieurs lois au Maroc parlent des enfants et arment leurs
droits. Mais deux textes sont plus importants que les autres : la
Constitution (la loi la plus importante d’un pays) adoptée en 2011
et la Convention Internationale des Droits de l’Enfant adoptée par
tous les pays du monde, y compris le Maroc. Ces textes
garantissent les principaux droits des Enfants. Aucune autre loi ne
peut s’y opposer."
Article 32 de la Constitution
L’Etat protège les enfants sans aucune discrimination."
Chaque enfant a droit à l’école. Les Etats doivent ouvrir des
écoles, et les parents doivent envoyer leurs enfants."
Article 34 de la Constitution
Les Etats doivent la protection et le soutien aux enfants, à
travers des institutions et des aides concrètes.
Constitution marocaine de 2011
Art 32
L’Etat (…) assure une égale protection juridique et
une égale considération sociale et morale à tous les
enfants, abstraction faite de leur situation familiale.
L’enseignement fondamental est un droit de l’enfant
et une obligation de la famille et de l’Etat. (…)
Art 34
Les pouvoirs publics (…) veillent notamment à traiter
et prévenir la vulnérabilité de certaines catégories de
femmes et de mères, des enfants et des personnes
âgées, (…)
Comprenez
vos droits
54
Les 4 Principes de la CIDE"
La Convention internationale des Droits de l'Enfant, adoptée par le Maroc arme 4 principes très importants.
Intérêt Supérieur de l’Enfant
Les Etats, leur gouvernement, leurs
administrations et les cours de justices
doivent faire passer l’intérêt des enfants
avant celui des adultes dans chacune de leurs
décisions. C'est valables dans les décisions
collectives comme les lois, mais aussi dans les
décisions individuelles, par exemple devant un
tribunal.
Droit à la vie, à la survie et au
développement
La reconnaissance de ce droit interdit à
l'Etat de prendre des mesures pouvant
coûter la vie aux enfants et et lui impose de
prendre des mesures de protection spécifique
contre le meurtre d'enfants, en particulier dans le
cadre de guerres. L'Etat est également obligé de
réunir des conditions d'alimentation et de santé
adaptées aux besoins des enfants. Cela vaut
également pour les enfants à besoins spécifiques,
en particulier ceux qui sont porteurs de handicap.
Non-discrimination
Les droits des enfants s'appliquent à
tous quelques soient leur origine familiale,
leur région d'origine, leur religion, leur état
de santé, etc. Aucun cas particulier ne justifie de
priver un enfant de ses droits fondamentaux.
Le respect des opinions de l’enfant
L'Etat doit garantir aux enfants le droit
d’exprimer librement leurs opinions. Ces
o p i n i o n s d o i v e n t ê t r e p r i s e s e n
considération, en particulier dans les décisions qui
les concernent.
2
1
3
4
Comprenez
vos droits
55
Les mots du plaidoyer
Les mots et les expressions que nous allons expliquer ici sont
souvent employés par les associations lorsqu'elles font du
plaidoyer. Nous les partageons avec vous pour faciliter votre
mobilisation."
Analyse de situation
Observation précise d'un problème pour comprendre ses causes,
ses conséquences sans oublier aucun point de vue. L'analyse de
situation permet d'imaginer les solutions et de savoir quel
plaidoyer il faut mener."
But
Comment sera la société si notre plaidoyer réussit! ? Le but décrit
la situation, lorsque l'injustice aura été surmontée. Le but peut être
découpé en plusieurs objectifs plus précis."
Campagne de plaidoyer
Ensemble des activités de mobilisation menées pour atteindre les
objectifs et le but de plaidoyer. Une campagne peut durer plusieurs
semaines et parfois plusieurs années."
Cibles de plaidoyer
Personnes, institutions et groupes qui vont réaliser le changement.
Le plaidoyer vise les cibles pour les convaincre d'agir dans le bon
sens. Certaines cibles sont des décideurs, qui ont le pouvoir.
D'autres cibles sont des personnes influentes qui n'ont pas de
pouvoir direct mais peuvent peser sur la décision."
CIDE (Convention des Nations Unies relatives aux Droits de
l'Enfant)
Voté en 1989 par les Nations Unies, cet accord international réunit
les droits et les règles universelles, pour faire respecter les droits
des enfants. Le Maroc fait partie des pays qui reconnaissent ces
droits."
Décideurs
Individus ou institutions qui fixent la règle, au niveau de l'Etat ou
d'un territoire. Les décideurs sont des acteurs directs du
changement."
Détenteurs de droits
Chaque individu détient des droits, reconnus de façon universelle.
Les enfants détiennent des droits particuliers, car ils sont plus
vulnérables. Le respect, la protection et l'application des droits
doit leur être garantis, en tant que détenteurs de droits."
Discrimination
Certains individus ou un groupe d'individus subissent des
inégalités, selon des critères tels que le genre, l'état de santé, la
religion, l'origine ethnique, etc. La discrimination est une violation
manifeste des Droits Humains et des Droits des enfants."
Comprenez
vos droits
56
Droits Humains
Droits fondamentaux reconnus, sans aucune condition, à chaque
individu et de façon universelle. Ils sont inscrits dans une
Convention internationale adoptée par les Nations Unies en 1948."
Faits probants
Des arguments sont nécessaires pour convaincre les décideurs et
l'opinion en général qu'une situation est injuste et doit changer.
Les témoignages d'enfants qui sourent ne susent pas. Il faut
savoir combien! ? Dans quelles région! ? Pourquoi cela devrait être
autrement! ? Pourquoi c'est injuste! ? Toutes ces informations
constituent des faits probants, réunis par les associations."
Intérêt supérieur de l'enfant
Les Etats, leurs administrations et les tribunaux ont l'obligation de
faire passer l'intérêt des enfants avant ceux des adultes, lorsqu'ils
prennent une décision. A partir d'un certain âge, l'enfant peut
comprendre lui-même quel est son intérêt. Il peut alors s'exprimer.
Tant qu'il est trop petit, des adultes décident à sa place. Mais ils
doivent le faire en pensant d'abord à sa protection et à son bien-
être."
Jeune
Ce cahier spécial «! Jeunes! » s'adresse à des individus de moins
de 18 ans. Seule cette catégorie bénéficie du droit protecteur
accordé aux «! enfants! ». Passé 18 ans, on devient légalement un
adulte et on perd les bénéfices de ce droit particulier. Nous
utilisons parfois dans le guide, des termes courants comme
«! jeunes! » ou «! adolescents! », c'est toujours pour désigner des
individus de moins de 18 ans."
Lobbying
Communication d'influence visant directement les décideurs (élus,
autorités administratives, etc.) Le lobbying consiste à rencontrer
les cibles de plaidoyer, et à les convaincre par des faits probants,
qu'il faut réaliser le changement."
Message-clé
Il faut beaucoup d'analyses, d'explications et d'arguments pour
constituer un plaidoyer. Mais très peu de personnes, à la fin, liront
toutes ces informations. Et ce n'est pas utile. Le plus grand
nombre se contentera d'une information simple mais percutante et
ecace! : le message-clé. Le message-clé peut résumer les
revendications ou se limiter aux plus importantes ou aux plus
urgentes. Il s'adapte aussi à la sensibilité de l'opinion. "
Objectif
Partie du but. Chaque but est un peu général et peut se découper
en objectifs plus précis. L'objectif décrit une partie de la situation,
lorsque l'injustice aura été surmontée. L'objectif est diérent du
résultat, car il ne dépend pas à 100% de nos eorts. Des éléments
extérieurs peuvent favoriser ou empêcher le changement voulu."
Comprenez
vos droits
57
Parties prenantes
Tous les groupes qui sont concernés par un plaidoyer! : les
personnes qui subissent une injustice, celles qui en bénéficient,
celles qui peuvent changer les choses, celles qui le veulent mais
ne le peuvent pas, etc. "
Plaidoyer axé sur les enfants
Tout plaidoyer à propos du droits des enfants. Il est important,
dans ce cas, d'impliquer des enfants dans plusieurs activités de ce
plaidoyer."
Plaidoyer dirigé par les enfants
Tout plaidoyer pris en charge directement par des enfants. Ils
fixent le but et les grandes lignes des activités. Les adultes
peuvent intervenir en appui pour leur permettre de réaliser leurs
objectifs."
Personnes influentes
Individus ou institutions qui jouent un rôle actif pour changer les
situations. Les personnes influentes n'ont pas de pouvoir direct
comme les décideurs, mais elles vont contribuer à rendre le
changement possible. Ce sont des cibles de plaidoyer."
Résultat
Les activités de plaidoyer produisent toujours des eets. Ce sont
les résultats du plaidoyer. Ils sont plus ou moins grands. Un ou
plusieurs résultats peuvent correspondre à un objectif. Mais le
résultat est diérent, de l'objectif car il dépend à 100% de nos
eorts."
Suivi
Le déroulement des activités doit être mesuré de façon honnête.
Certaines activités très ecaces produisent de grands résultats,
d'autres moins. Le suivi permet de «! capitaliser! » la pratique du
plaidoyer et de fournir des indicateurs."
Société civile
Chaque pays est dirigé par des institutions politiques. Mais le reste
de la société s'exprime et s'organise pour participer à la vie
collective. La société civile est composée d'associations,
d'organisations non gouvernementales, mais aussi de citoyens
agissant en leur nom propre ou dans le cadre de leurs métiers
(avocats, journalistes, médecins, etc.)
Passez à
l’action !
58
Premiers concernés, vous avez votre propre idée de l'injustice, à
partir de ce que vous vivez. Vous savez quel changement vous
voulez. Et vous savez l'exprimer. Vous pouvez faire appel aux
associations agissant dans le domaine de la protection de l’enfance
et faisant du plaidoyer. Celles- ci vont d'abord chercher à comparer
de nombreuses opinions et des exp</